Vivre sans récompense

Lorsque nous nous plaignons de manquer d’énergie pour la créativité, cela peut venir d’un excès de récompenses que nous nous accordons. Et si nous tentions de vivre sans récompense ?

Lorsque nous nous passionnons pour la créativité, il peut nous venir à l’esprit que le temps et l’énergie nous manquent toujours pour accomplir ce qui nous est cher. La journée s’achève et nous avons le sentiment que ce le plus important a été mis de côté.

Pour en finir avec ce manque, nous pourrions tenter une vie où nous cessons de nous récompenser.

Lorsqu’une tâche est terminée, nous nous accordons souvent une récompense : un moment de loisir, une gourmandise, un verre, du vagabondage sur internet.

Nous nous accordons aussi ce genre de récompense pour nous encourager à avancer dans une tâche, pour faire une pause, pour nous changer les idées, où tout simplement parce que c’est l’heure du loisir.

Les loisirs sont importants : tous, nous avons besoin de repos, le repos entretient notre énergie, une heure de repos fait gagner trois heures d’énergie. Nous avons aussi besoin de temps où nous quittons nos vocations principales pour nous ouvrir au monde. Et surtout, nous voulons passer du temps avec nos proches, passer du temps à prendre soin des personnes qui comptent pour nous. Les célébrations sont importantes : qu’il s’agisse d’œuvres collectives ou individuelles, nos créations méritent d’être célébrées, nous méritons tous de valoriser notre estime de soi, de jalonner notre parcours, et de l’intégrer dans une joie collective. Le plaisir est important : une vie sans plaisir vaut-elle la peine d’être vécue ?

Mais ce qu’on appelle ici récompenses n’ont de loisir, de célébration ou de plaisir que l’apparence : les récompenses sont des gratifications superflues, qui au lieu de valoriser nos créations, nous siphonnent notre énergie.

Que gagnons-nous à nous accorder une récompense à chaque tâche terminée, à chaque pause, à chaque fois que nous peinons sur une tâche ? Nous perdons du temps et de l’énergie, nous consommons des produits nocifs pour notre organisme. Alors ce qui est important reste sur le carreau. Cela nous angoisse et nous nous accordons de nouvelles récompenses pour compenser. Cercle vicieux.

Tentons une journée sans récompense : une journée à ne faire que ce qui est important. À chaque geste de cette journée, posons-nous la question : est-ce que ce geste est important ? En quoi sert-il mes valeurs ? En quoi est-il créatif ? En quoi m’amène-t-il là où je veux aller ? En quoi ce geste me redonne-t-il de l’énergie ? En quoi ce geste reflète-t-il ma volonté, en quoi ce geste me rend-t-il heureux ? Si aucune de ces questions ne trouve de réponse, alors ce geste est sans doute une récompense : abstenons-nous.

Le pari est le suivant : Une journée sans récompense, contiendra son lot de repos, de loisir et de plaisir. Et une journée sans récompense sera une journée consacrée à ce qui nous importe vraiment, nous fait grandir.

Ce sera une journée sincère.

2 réflexions au sujet de « Vivre sans récompense »

  1. Bonsoir,
    Lorsque tu dis : »récompenses sont des gratifications superflues, qui au lieu de valoriser nos créations, nous siphonnent notre énergie », est-ce que l’on pourrait rapprocher ça du de la procrastination ?
    J’ai encore du mal à distinguer la différence entre une récompense, et une pause en vérité.

    • Merci pour ta question, Endelf.

      Je dirais que ce que j’appelle une récompense, c’est une pause irraisonnée, par exemple, si sous prétexte de faire une pause, je commence à faire du vagabondage sur internet ou que je démarre un jeu vidéo ou que je mange un pain au chocolat et aux amandes, et que finalement, vingt minutes après je suis encore dessus. Ni le grignotage, ni le vagabondage sur internet ni le jeu vidéo ne m’auront apporté de la valeur ou de l’énergie, dans le sens où ce sont des activités contraires à ce qui est important pour moi (les mêmes activités peuvent être importantes pour d’autres personnes), donc finalement j’aurais mieux employé ma pause si j’avais passé cinq minutes à manger un aliment sain, à contempler le monde autour de moi, à faire un peu d’exercice, à faire la sieste, à échanger avec mes proches ou encore à passer sur une autre tâche prioritaire, parce que ce sont soit des activités qui sont importantes pour moi, soit des activités qui me rapportent de l’énergie pour faire ce qui est important.
      Merci de me préciser si tu veux que je sois encore plus clair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *