Vendanges

Vendanges_couverture 500

 

J’ai failli ne pas publier ce recueil de poésie. Il est ancien et pourtant il est toujours présent.

Pourtant j’ai parlé ici à plusieurs reprises d’écrire avec ses tripes.

Cela ne signifie pas être provocateur ou exhibitionniste.

Cela signifie parler de ce qui nous tient à cœur.

C’est toute la vocation d’un écrivain à mon sens.

Souvent, parler de ce qui nous tient à cœur, signifie parler de choses qui nous font mal.

Ce serait plus facile d’avoir écrit ces textes juste pour soi et de les laisser dans un tiroir.

Mais ça n’est pas la voie dans laquelle je me suis engagé.

Je veux être sincère que ce soit dans la confession que dans la fiction. Dans le sens que je parle de ce qui me fait mal.

Je parle des personnes que j’ai pu être.

Je parle de sentiments qu’on éprouve et de ceux qu’on croit éprouver.

Je parle de naïveté, je parle de cruauté. Je parle des mensonges qui se succèdent sur des feuilles et des feuilles et qui composent une vie.

Je parle aussi du passé et des rêves qui n’ont jamais été plus réels.

Je parle des guerres qu’on déclare à celles et ceux qu’on aime pour un jour être en paix avec soi-même.

Vendanges est disponible en impression à la demande et en version texte librement téléchargeable.

2 réflexions au sujet de « Vendanges »

    • Bonjour Soleilvert,

      Merci beaucoup d’avoir jeté un oeil.
      Je viens de parcourir « Les Voiles d’encre » et cela me touche que tu sentes une correspondance avec « Vendanges ». J’ai parcouru un peu rapidement mais je vais plus tard le lire en entier, en prenant le temps. Certain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *