Une journée avec du sens

Retour aux fondamentaux : le secret de la créativité, c’est le sens. Le secret de l’épanouissement en créativité, c’est une journée réussie. Le secret d’une journée réussie, c’est une journée avec du sens.

 

Le programme suivant n’est pas original. C’est une recette de grand-mère. Mais on n’a pas encore trouvé mieux pour concocter une journée réussie.

Une journée réussie, une journée dont on peut se satisfaire, dont on peut apprécier chaque instant, c’est une journée vécue dans le sens. La vie n’a aucun sens dans l’absolu. C’est à nous de lui en trouver un. Une journée réussie, c’est une journée vécue dans le sens que l’on s’est trouvé.

 

+ Commencer par l’essentiel

L’essentiel, c’est une ou deux actions qui sont vraiment importantes. Pour les identifier, c’est très simple. Nul besoin de méthode sophistiquée. Ce sont des choses qu’on a très envie de faire. Ou alors ce sont des choses qui nous font très peur. Souvent, il s’agit des deux à la fois. Une étape cruciale dans un projet, une tâche quotidienne qui nous intimide, un engagement à respecter, une conversation cruciale. Aider un ami dans le bien, suivre un traitement, faire de l’exercice, passer un temps privilégié avec des personnes proches, faire de la rééducation physique, respirer, méditer. Des choses qui ont du sens. Pas forcément des choses que nous nous sommes engagés à faire toute une vie, ou des choses qui nous passionnent. Des choses qui sont importantes à faire maintenant si nous souhaitons être fidèles à nous-même. Des choses qui transforment le monde et nous transforment, dans le sens de nos valeurs. Attaquons-les en premier. Au moins le premier pas.

Commencer, ce n’est pas forcément attaquer au saut du lit. C’est surtout y consacrer le moment de la journée où on est en haute énergie. Pour la plupart d’entre nous, c’est le matin. Mais pour certains, cela peut être l’après-midi, ou au milieu de la nuit. Ce moment crucial de la journée doit être consacré aux choses importantes. Il nous sera moins facile de les faire lors des moments en basse énergie. Pas impossible, mais moins facile. On compare ici haute énergie et basse énergie sur une journée. A l’échelle d’une vie, les choses se conçoivent différemment et adopter une stratégie haute énergie peut alors s’avérer un mauvais choix.

Il est possible d’avoir énormément de choses essentielles à faire. C’est même certain. Une vie entière ne suffit pas à réaliser ce qui est crucial. Choisissez celles qui viennent le plus facilement à l’esprit en ce moment. Lâchez prise des autres. Notez-les dans un système fiable, pour qu’elles vous viennent à l’esprit lors de la prochaine journée. Ou faites-en votre deuil pour ne rien avoir à noter.

Commencer, c’est attribuer une période fixe aux choses essentielles.

 

+ Faire des pauses

Nous ne sommes pas des machines. Ou alors nous sommes des machines qui puisent leur énergie dans la détente. La période fixe consacrée aux choses essentielle va prendre de une à quatre heures. Il faut au moins une grosse pause au milieu. Une pause efficace, c’est une pause loin du lieu consacré aux choses essentielles. Sortir de son bureau, marcher, se restaurer, prendre l’air. Sans avoir sous les yeux son activité en cours. On peut croire que prendre une pause sans se lever de son atelier est plus efficace. Mais en faisant cela, on pollue son atelier et on introduit une grande confusion entre temps créatif et temps re-créatif. La pause s’étire, mélangée à l’ouvrage, on en sort sans avoir créé et sans être reposé. Cette pause hybride est le terreau des addictions. Grignotage, tabagisme, vagabondage sur internet, procrastination.

 

+ Aller vers toujours plus de légèreté

Au fur et à mesure que la journée avance, consacrons-nous à des activités de plus en plus légères. Pas forcément non essentielles. Beaucoup d’activités légères sont essentielles. Dormir, faire la cuisine, manger, faire le ménage, discuter avec des amis, jouer. Des choses non essentielles en apparence seulement, auxquelles on doit consacrer aussi du temps. Des activités récréatives, re-créatives. Ce peut être assimilé à du travail. Faire des petites tâches faciles, répondre au courrier, faire de la bibliographie, s’adonner au méta-travail, c’est-à-dire les tâches d’organisation qui ne ressemblent pas à du travail productif mais qui sont pourtant essentielles, en attente de trouver un moyen de les simplifier. Des choses à accomplir sans effort.

 

+ Aller vers toujours plus de pauses

Au fur et à mesure que la journée avance, accordons-nous des pauses plus souvent, plus longtemps. Tolérons davantage les interruptions. Écoutons les autres. Soyons plus ouverts au monde. C’est la seule et unique source de notre créativité.

 

+ Se pardonner

Nous ferons des entorses. Il nous arrivera d’esquiver les actions essentielles. Il nous arrivera de nous égarer. Se pardonner, c’est le meilleur moyen de retourner sur le chemin qu’on s’est choisi.

 

+ Éprouver de la gratitude

Apprécions la journée passée. Soyons reconnaissants envers nous-même, envers le monde. Parce que cette journée avait du sens, elle a valu la peine d’être vécue.

2 réflexions au sujet de « Une journée avec du sens »

  1. Donner du sens à sa vie, à ce qu’on vit et à ce qu’on fait, ce n’est vraiment pas simple.
    Personnellement, j’ai beaucoup de mal pour l’instant à trouver un sens à certaines de mes activités, surtout au niveau professionnel, mais aussi donner un sens à la société et au modèle qu’elle propose, que ce soit pour moi et mon épouse mais aussi pour nos enfants. J’essaie de mettre en avant les activités et les attitudes qui ont un sens « vrai » mais ce n’est pas toujours simple, avec le sentiment qu’on devrait se justifier sans cesse par rapport à la société et à son mode de fonctionnement… pas évident. Non, vraiment, donner un sens aux choses qu’on fait et qu’on vit, c’est vraiment une quête de chaque instant.
    Je dois dire que je traverse une de ces passes où je remets presque systématiquement en cause ce que je vois et ce que me propose la société actuel. J’ai envie d’autres choses, d’où mon intérêt par exemple pour la permaculture (une méthode de jardinage qui pour moi présente un autre sens que le jardinage traditionnel), ou la simplicité volontaire et la décroissance (un mode de vie ayant vraiment un sens, surtout si on le compare au consumérisme débridé que prône la société de consommation, et ça saute encore plus aux yeux en cette période de fin d’année). Mais bon, je m’éloigne peut-être un peu du sujet, bien que…

    • Je suppose que les décisions d’action qu’on prend au cours d’une journée sont connectées avec les réflexions qu’on mène sur le sens de la vie en général. Ces questions : « que faire de cet instant ? » et « que faire de ma vie ? » se répondent mutuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *