Podcast Outsider N°38 : Game Design Jeu de rôle : Débat sur le jeu de rôle alternatif

Qu’est-ce que le jeu de rôle alternatif ?

Une question à multiples facettes que nous avons posée aux personnes qui ont rejoint le débat ouvert sur le sujet, lors de l’excellente convention Diantre du Jeu !, à Villeneuve d’Ascq, le 25 août 2018.

Où l’on découvre ensemble que le jeu de rôle alternatif est beaucoup de choses, et qu’on devrait d’abord commencer par dire « LES jeux de rôles alternatifs » ou « les pratiques de jeu de rôle alternatives »

Un grand merci à Arjuna Khan qui a co-animé le débat avec moi et qui l’a enregistré. Un aussi grand merci à toutes les personnes qui ont participé et qui se reconnaîtront.

Lire/télécharger le mp3

gojogoj, cc-by-nc, sur flickr.com

Retranscription écrite de la discussion :

Les jeux de rôles alternatifs

+ Différents des jeux de rôles classiques / traditionnels ? Rupture. Fracture communautaire ?

Jeu de rôle contemporain, en permanence réinventé. Jeu de rôle underground en son temps : parce que populaire ou parce que d’avant-garde ? Peut accéder à une certaine postérité si défendu par des intellectuels. Un mouvement ou une polémique ?

+ Se singulariser d’un moule oppressant ? D’où vient cette opposition ? Oppression réelle ou volonté de tuer le père ? Souci d’originalité VS Potentiel infini.

+ Fait par les pauvres pour les pauvres ? Esprit Do it yourself. Pénurie fertile. Thématiques culturelles des classes populaires. Low cost, low tech. Contrainte créative.

+ « Ce n’est pas du jeu de rôle » ? Jeu de rôle hybride car support / media différent (épistolaire, virtuel, solo, grandeur nature…). Pourtant le jeu de rôle est transmedia dès le départ.

+ Remettre les codes en question ? VS la conception politique que serait la définition consensuelle du JDR. Explorer de nouveaux paradigmes. Comprendre les codes (théorie) pour les dépasser ou les changer.

+ Indépendance / autoédition et autres modèles économiques (gratuit…) ? Du travail en solo pour plus de contrôle. Dilution de l’auteur

+ Forgien ? Les jeux forgiens seraient-ils des anti-do it yourself (il faut respecter à la lettre des règles très cadrantes) ? Autres mouvements associés aux jeux de rôles alternatifs : jeux narratifs, jeepform et jeux axés sur l’émotionnel, jeux minimalistes et sans montage / sans maquettage, old school renaissance, jeux esthétiques, jeux en performance (laissant une grande latitude aux joueuses pour développer leur style)

+ Orientés tous publics / inclusion / rencontre des publics ? Problématique d’accessibilité, de transmission.

+ Orientés care / sécurité émotionnelle / prendre soin des autres ?

+ Gameplay et thèmes différents ? Jeux sans MJ, jeu en transparence, etc…

+ Orientés justice sociale / de gauche / anticapitaliste ?

+ Une uchronie de game design ? Les jeux osr, les jeux qui se basent plus sur le langage que sur les chiffres…

+ Une gestion différente des droits d’auteur ? Licence creative commons, domaine public, licence art libre…

+ Mort de l’auteur, mort de la base ? Vague du freeform australien, jeu en performance, appropriation des bases par les joueuses…

+ Une somme d’initiatives intellectuelles (autrices, blogueuses…) et collectives (PTGPTB, podcasts, communautés…) ?

+ Une sorte de Renaissance ? Moderne & Antique. Copier VS innover.

+ Plutôt que des jeux de rôles alternatifs, des alternatives pour le jeu de rôle ? Vers des jeux hybrides mainstream / alternatif : Apocalypse World, les betas de L5R et de Vampire Mascarade, Shadow Run Anarchy, Oltrée !, etc…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *