Podcast N°1 / Magnéto Jeu de rôle / Inflorenza / La Forêt du Docteur Chestel

Podcast N°1 / Magnéto Jeu de rôle / Inflorenza / La Forêt du Docteur Chestel

La Forêt du Docteur Chestel 600_wellsandlaurence & robert sonart & green.thumbs & coal miki

 

Un théâtre pour Inflorenza, le jeu de rôle des héros, salauds et martyrs dans l’enfer forestier de Millevaux.

 

Des savants, un bunker, la forêt. Une plongée dans un cauchemar pour y trouver la pierre philosophale.

 

La séance a été jouée en mode Carte Blanche (seul le Confident contrôle le décor et les figurants)

 

Un magneto de 2h30 pour une partie entière avec Thomas Munier (Confident), Shiryu (Daniel), Scarlett (Lucile) et Philippe (Dieter)

 

Les feuilles de personnage :

 

Lucile (jouée par Scarlett) : + Je veux connaître le Docteur Chestel jusqu’aux moindres tréfonds de son âme / + (barré) Je suis émerveillée par la pureté de ses recherches / + Je suis un peu inquiète mais cherche à préserver la sécurité physique du Dr Chestel / + Je n’ai pas eu le temps de contrecarrer / + J’ai toujours eu foi en la combativité du Dr Chestel

 

Daniel (joué par Laury) : + Le Labo Sethcom veut que j’espionne le Dr Chestel / J’ai lu le dossier sur Lucile / + Qu’y a-t-il à l’extérieur ? / + Connaître cette ombre, c’est connaître le Docteur / + Je ne retrouverai jamais mon souvenir manquant.

 

Dieter (joué par Philippe) : + Je veux être félicité publiquement par le Dr Chestel / + Je protège les autres / + Je veux aller voir ce qu’il y a au-delà.

 

La fin est la vraie fin, il n’y a pas d’erreur de montage.

 

Crédits images : wellsandlaurence & robert sonart & green.thumbs & coal miki, licence CC-BY-NC, galeries sur flickr.com

 

3 réflexions au sujet de « Podcast N°1 / Magnéto Jeu de rôle / Inflorenza / La Forêt du Docteur Chestel »

  1. Très intéressant mais très frustrant aussi, on a envie que l’ambiance se pose un peu plus et laisse de la place au RP et à un peu d’exploration pour faire grimper l’impression d’horreur. Mais c’est sûrement un effet d’une partie test et en plus hors réel

    • Sans doute qu’on aurait pu allonger la sauce en 4 h plutôt que deux heures et demie, en effet. Le temps qu’on consacre au jeu a souvent une grande importance au rendu de la partie, et il est important de le négocier avant (ce qu’on a fait d’ailleurs, hors antenne). Une fois qu’on est fixé sur le temps qu’on va passer, utiliser un système où on ne jette les dés que pour les choses importantes, comme Inflorenza ou d’autres, permet d’utiliser le temps comme une matière plastique pour obtenir l’effet que l’on désire. Dans le cas de cette partie, en deux heures et demie, on est en effet plus sur une succession de scènes accélérées que sur une montée contemplative de la tension. Je suppose qu’un rapport de partie rendrait plus l’impression de la tension, mais quand on joue ou on écoute, on voit bien que les choses sont résumées, accélérées. Ce qui n’était pas incompatible avec ce qu’on recherchait en jouant ce soir-là !

  2. Ping : Podcast Outsider N°19 : Millevaux : Inflorenza, les règles en audio | Outsider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *