Playlists sombres pour jeux de rôles sombres

J’ai le plaisir de vous offrir 10 playlists longues et variées pour explorer mes univers.

Playlist Musiques sombres pour jeux de rôles sombres (environ 80 albums)

Playlist Millevaux (180 albums)

Playlist Marchebranche (70 albums)

Playlist Odysséa (40 albums)

Playlist Dragonfly Motel (30 albums)

Playlist S’échapper des Faubourgs (40 albums)

Playlist Wonderland (25 albums)

Playlist Little Hô Chi Minh Ville (80 albums)

Playlist L’Autoroute des Larmes (90 albums)

Playlist Les Sels de Millevaux (90 albums)

 

crédits : andreas.hopf, Jesse Kruger, licence cc-by-nc, galeries sur flickr.com

Quand j’ai publié Musiques sombres pour jeux de rôles sombres en 2012, on m’a plusieurs fois demandé si je pouvais fournir une playlist. Mais à l’époque, j’ai évité de graver des compilations, qui m’auraient posé des problèmes de droits, et j’ai évité de créer une playlist sur une plateforme musicale qui m’aurait laissé le choix entre spolier les ayants-droits ou imposer au public de créer un compte sur une plateforme pour accéder à ma playlist.

Depuis, j’ai découvert Bandcamp. Cette plateforme musicale dédiée à la musique indépendante et aux petits labels offre aux groupes un espace pour héberger leur catalogue et proposer leurs pistes en écoute libre. Aucun besoin de créer un compte pour écouter, et aucune coupure publicitaire. Et la bonne nouvelle, c’est que beaucoup de groupes et de labels placent des albums entiers en écoute libre.

J’ai fréquenté cette plateforme pendant quelques années pour y découvrir quelques sorties. Et j’ai réalisé que beaucoup de mes albums préférés s’y trouvaient déjà.

J’ai compris alors le grand potentiel de cette plateforme : en assemblant des liens vers des pages Bandcamp en écoute libre, je pouvais enfin proposer une playlist qui ne me coûte rien et qui respecte les droits d’auteur.

J’ai d’abord présenté une playlist avec une dizaine de références pour Millevaux, puis je l’ai augmentée et ai commencé des playlists pour d’autres jeux. C’est là qu’a commencé un passionnant travail d’archéologie et de découverte musicale. D’un côté, j’ai exhumé de Bandcamp tous mes albums préférés comme l’electro désertique Dioxydes de Mlada Fronta, de l’autre j’ai entrepris de découvrir de nouveaux horizons. J’ai retrouvé des albums-graals comme le psyché-drone puissant Almost Invisible de Subarachnoid Space que j’avais échoué à me procurer en physique, redécouvert des groupes connus avec un intérêt neuf, et surtout j’ai découvert des genres musicaux qui m’étaient mal connus, du dungeon synth d’Erdstall au black metal instrumental d’Alunar, en passant par le stoner doom à chanteuse de Subrosa, l’opéra néo-baroque-zeuhl de Corpo Mente, le drone cotonneux de Bong… Certains albums m’ont provoqué une grande émotion, comme le déchirant Courses d’Ô Paon, de la pop désincarnée, le labyrinthique Drumming de Steve Reich, un album de percussions proprement infini, ou l’ambient lo-fi à piano de Ian William Craig.

J’ai aussi voulu mettre à l’honneur deux projets musicaux :

A Night in the Woods, par Dino Van Bedt, post-americana sans paroles, avec drone et field recordings, une traversée séminale et ténébreuse de la forêt de Millevaux. Composé spécialement pour Millevaux !

 

 

Dark : un séjour au Dragonfly Motel, par Kultur Block Party : preview de l’album de lutherie électronique inspiré du jeu de rôle Dragonfly Motel.

 

 

 

Pour constituer ces playlists, j’ai voulu privilégier la variété, brasser large en termes de genres, aller du plus accessible au plus extrême. Le fait d’utiliser Bandcamp comme source m’a limité dans mes choix : certains de mes grands classiques en sont absents, et la majorité des musiques de large audience. Mais cette contrainte fut fertile : ainsi ces playlists vous proposent autre chose que ce que vous connaissez déjà, et moi même si la plupart de mes références préférées sont présentes, j’ai dû faire preuve d’ingéniosité. Ainsi, les standards du jazz, de la musique classique et de la pop sont absents de Bandcamp, il m’a fallu me tourner vers leurs équivalents plus confidentiels. Ainsi, j’aurais adoré vous proposer Symphony for Sorrowful Minds par Henryk Gorecki. La réorchestration que j’ai trouvée, par Colin Stetson sonne post-moderne et la production très claire met très en avant le chant et les cordes. Si je recommande l’écoute des interprétations plus classiques, cette version a tout son charme et rapproche encore plus cette symphonie de la mythique bande originale du film Avalon.

Ces playlists ont un but, elles servent à sonoriser des parties de jeu de rôle, aussi chaque album a été choisi pour son homogénéité en terme d’ambiance et de tempo. Vous voulez changer de style, changez d’album. Je dois reconnaître aussi avoir redécouvert mon goût personnel pour les musiques circulaires. Vous constaterez que les pochettes d’album qui représentent un cercle ont ma préférence. Toute musique qui développe une boucle ou un cycle me permet d’atteindre l’état de transe propice à mon immersion dans une partie de jeu de rôle, elle lève mes inhibitions et me permet d’explorer de nouveaux territoires créatifs, en restant toujours dans le ressenti.

Pour élaborer ces playlists, je me suis remis à l’exercice de la chronique musicale. Chaque album est résumé en une ligne : le genre, le thème, l’ambiance. Plus une image de la pochette et un lien vers l’album en écoute sur Bandcamp.

Avant de passer à une description de chaque playlist, je concluerai sur leur intérêt principal : elles facilitent le jeu de rôle en nomade. Si vous jouez hors de chez vous, plus besoin d’emmener vos disques ou vos mp3. Il vous suffit d’utiliser la connexion internet de la personne qui vous héberge, et aller sur la playlist. Les playlists sont sur forum, mais nul besoin d’y créer un compte pour les utiliser. Accessibilité totale.

Pour encore renforcer cette accessibilité, voici un document avec les playlists en code PHP. Vous pouvez ainsi les recopier sur n’importe quel forum, les amender, les personnaliser. A vous de créer vos propres playlists. Postez-les en commentaire de cet article !

Playlist Musiques Sombres pour Jeux de Rôles Sombres :

Cette playlist très attendue est une véritable aide de jeu pour accompagner la lecture du recueil du même nom. Comme le recueil, elle propose des musiques pour tous types de jeux de rôles sombres. Elle suit le chapitrage du recueil et s’applique à référencer les albums chroniqués. Parfois, en l’absence de l’album sur Bandcamp, j’ai glissé un album du même groupe ou d’un autre groupe au son très approchant.

À découvrir dans cette playlist :

Spirit Animal, par Zombi : Quand John Carpenter sera mort, ses synthés vivront encore à travers ce tribute band.

 

 

Playlist Millevaux

Voilà dix ans que nous arpentons l’univers forestier de Millevaux, avec des ambiances très variées, des jeux de rôles très variés. Fatalement, la playlist la plus grande et la plus variée de toutes. 180 références ! Pour l’utiliser au mieux, je recommande de faire glisser la molette au hasard et de choisir dans les albums autour de l’endroit où s’est arrêté la souris, en fonction des descriptions.

À découvrir dans cette playlist :

Frjee feather EP, par Forest Swords, un post-rock dub psyché et mazouté à souhait !

 

 

 

Playlist Marchebranche :

Marchebranche, le jeu de rôle des aventures initiatiques dans un monde de forêt en clair-obscur, est une façon très particulière d’explorer Millevaux, puisqu’il propose une ambiance proche des animés de Miyazaki, de la fantasy poétique de la BD La Malédiction des 7 Boules Vertes de Laurent Parcelier ou du jeu rôle japonais Ryuutama… mais cela se passe dans Millevaux, avec les thèmes de Millevaux.

J’ai donc repris la playlist de Millevaux et l’ai expurgé de tous ces titres les plus extrêmes. On obtient une playlist douce, poétique, mais qui porte toujours en elle des germes d’angoisse, propice à instiller l’inquiétante étrangeté qui règne à Marchebranche, où la tragédie n’est jamais loin.

À découvrir dans cette playlist :

Phillharmonics, par Agnes Obel, un piano-voix pour chanter les derniers et les plus fragiles des grands espaces, et les histoires minuscules qui s’y tapissent.

 

 

Playlist Odysséa :

Pour revivre l’Odyssée dans le monde de Millevaux avec le jeu de rôle Odysséa, il s’agissait de réduire encore plus la palette et d’y rajouter une sélection d’albums marins.

À découvrir dans cette playlist :

Metridium Fields, par Giant Squid, post-hardcore à chant clair, la complainte du radeau de la Méduse dans son ampleur épique et mythique.

 

 

Playlist Dragonfly Motel :

Dragonfly Motel est un jeu de rôle où toute la table peut gérer la musique. Cette playlist était l’accessoire indispensable pour jouer des parties sur le pouce. C’est aussi la plus lumineuse et contemporaine de toutes mes playlists.

À découvrir dans cette playlist :

Theory of Machines, par Ben Frost, une perle de l’ambient industriel, entre hôpitaux et vaisseaux spatiaux, une déambulation parmi des sentiments éclos à contre-cœur.

 

 

Playlist S’échapper des Faubourgs :

Pour ce cauchemar de poche dans une banlieue hallucinée qu’est le jeu de rôle S’échapper des Faubourgs, il fallait une bande-son d’horreur urbaine.

À découvrir dans cette playlist :

The Black Flux, par Virus, entre black metal à chant clair sous zéro absolu, post-punk solidifié et jazz martial, une longue incantation nihiliste et raffinée qui traverse la moelle.

 

Playlist Wonderland :

Dans le jeu de rôle d’anticipation Wonderland, on suit le lapin blanc qui nous piège dans les réalités et nous plonge dans le vertige logique. D’où une playlist hypnotique, enfantine et contemporaine.

À découvrir dans cette playlist :

Alice aux Pays des Merveilles, par Klimperei : le conte audio francophone revisité au pays de la musique enfantine aigrelette.

 

 

 

 

 

 

 

6 réflexions au sujet de « Playlists sombres pour jeux de rôles sombres »

  1. Lire cette article me donne envie de retourner à mes longues heures penchés sur le pdf de Musique Sombres pour jeux de rôles sombres pour choisir un album qui conviendrait le mieux au jeu. De très bons souvenirs !
    Le seul ennui étant que certains albums étaient payants… :/

    • Tu vas retrouver un certain nombre des albums présents dans le recueil, en écoute libre, donc aucune inquiétude pour ton porte-monnaie, et tu vas pouvoir faire bien d’autres découvertes encore ! (bien sûr, pour les personnes qui préfèrent les mp3 ou les disques, ou qui ont les moyens financiers de soutenir les artistes autrement qu’en les écoutant, vous pouvez acheter les albums).

  2. ça c’est vraiment une bonne nouvelle. Et l’idée de rediriger directement vers l’album écoutable est super (cette absence avait limité mon exploration de musique sombre).
    Même si je surement largement m’en servir pour mes parties, je pense surtout que ça va renouveler ma bibliothèque musicale 😀 Merci infiniment donc!

  3. Ping : Le Témoignage | Outsider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *