Odysséa

Héros célèbres, marins anonymes, habitants d’une étrange Méditerranée, suivez le sillage du navire d’Ulysse de Troie vers Ithaque, affrontez votre destin dans une traversée tragique !

Odysséa est une revisite de l’Odyssée d’Homère dans l’horreur organique de l’univers de Millevaux. Au cours de ce voyage, vos convictions seront mises à rude épreuve dans une lutte contre les humains, les dieux, les monstres et vos propres démons. Que voudrez-vous que la légende retienne de vous ?

Couverture : (C) Thibault Boube

Un nouveau jeu sous format livre

Il était temps. Il était temps de publier un nouveau livre de jeu de rôle, après une longue traversée du désert depuis Inflorenza, consacrée à tester, développer, et diffuser des versions bêta de jeu.

Odysséa fut d’ailleurs pensé au départ comme un simple théâtre pour Inflorenza avec système embarqué, à l’instar de L’Autoroute des Larmes, mais l’expérience proposée s’avéra si singulière que j’ai considéré qu’Odysséa était un jeu qui se suffisait à lui-même. Si les ambiances du jeu Inflorenza, de l’univers de Millevaux, et aussi de l’Odyssée d’Homère y sont présentes, Odysséa est autonome ; nul besoin de lire d’autre ouvrage.

Odysséa a bénéficié des illustrations de Thibault Boube et Pierre Morin, qui sont comme moi, bénévoles sur ce projet et m’ont proposé leur aide spontanément. Un grand merci à eux. Pour mettre en valeur leur contribution, je propose pour la première fois un livre tout en couleurs.

Rhapsodie

Comment auraient pratiqué le jeu de rôle les grecques et les grecs contemporains d’Homère ? Ils s’en seraient remis à l’oralité. Donc, ni chiffres, ni écriture, ni hasard ne sont impliqués dans les mécaniques d’Odysséa, dérivées d’Inflorenza mima. Ce choix du freeform structuré est loin d’être un exercice de style. C’est libérateur. On est loin du jeu de rôle sans règles ou du système zéro, vu la présence réelle de règles. Ce qui est crucial, c’est l’absence d’aléatoire et de chiffres, qui à mon sens, donne une forme intéressante et peu explorée de jeu de rôle « écrit » (s’entend des jeux dont on peut lire et appliquer les règles, puisque les roleplayeurs de MMO, les joueurs de parties par forum, les pratiquants d’interscénarios et les joueurs de soirées enquête ne nous ont guère attendus pour en faire de façon informelle). Pour illustrer ma pensée, je citerai Qu’est-ce qu’un jeu de rôle ? d’Epidiah Ravachol.

Déjà, parce qu’ici les choses deviennent limpides : en gros, les règles sont les suivantes : vous êtes des héros et des héroïnes, vous pouvez tout accomplir. Du moment que vous êtes prêts à en payer le prix.

Odysséa est un jeu moral, un jeu de la lutte entre l’existence et l’essence et cette logique cruelle est étendue à tout l’univers de jeu et déploie une forme de pensée magique qui se veut une libre interprétation de la mythologie grecque : on ne peut faire de prouesse sans intercéder avec l’oracle d’un Dieu, pour qu’un navire puisse prendre la mer, il faut qu’un membre de l’équipage sacrifie un être cher…

illustration : (C) Pierre Morin

Table ouverte

Odysséa a été conçu pour être joué en campagne pendant trois jours consécutifs en table ouverte lors du salon des Utopiales, à Nantes, en 2015 (voir ici les comptes-rendus de partie). Le thème et les mécanismes furent pensées pour une équipe de joueurs et de joueuses tournante ; le fil rouge de la campagne est moins les personnages que le sillage d’Ulysse, et donc il suffit pour intégrer ou quitter le jeu de rejoindre le sillage d’Ulysse ou de s’en séparer. Ce jeu-campagne fonctionne tout aussi bien avec un groupe fixe, mais comme il fut pensé par un groupe changeant, il est adapté à nos pratiques contemporaines, avec des agendas de jeux parfois incompatibles sur le long terme.

Improvisation

J’ai maîtrisé ma campagne des Utopiales sans aucun matériel, pas même le livre de base. Celui-ci est résumé à la fin du jeu sous forme de tables, que j’ai mémorisées. Odysséa propose un cadre complexe, mais ne force aucun événement scripté, aussi elle fournit une série de principes pour permettre aux joueurs et aux joueuses d’improviser, que cette improvisation soit complètement hors-sol, ou se base sur les tables aléatoires fournies dans le livre.

Les Dieux

L’aventure est placée sous le cadre d’un bouleversement. Lorsqu’Ulysse aura regagné son île, c’en sera fini du temps des Dieux. Aujourd’hui, ils jouent leur crépuscule, et les humains sont leurs jouets. Mais quand on ne peut transiger avec les Dieux par le biais de leurs oracles, des êtres hermétiques et cruels, peut-on encore les respecter ? Peut-on comprendre leurs motivations ? Ont-ils un plan pour empêcher leur chute ? Qui succédera aux Dieux ? Les hommes ou les horlas ? Les personnages auront un rôle immense à jouer dans ce dénouement, s’ils le veulent bien.

illustration : (C) Thibault Boube

Ulysse

Pivot central de cette aventure, Ulysse a mille visages et mille destinées. Il peut être un personnage comme un figurant, il peut être un homme ou une femme, un enfant ou un vieillard. Il peut être cynique, amoureux, violent, pacifique. Il sera ce que vous voudrez en faire, si vous vous sentez la force de lutter contre son destin. Il sera l’un des enjeux des luttes en cours dans l’écriture de la dernière des légendes.

Le temps

Il s’agit d’un voyage à travers les mers, mais c’est aussi un voyage dans le temps, essaimé de flashbacks dynamiques, où on étaye le passé des personnages en le jouant, et de flashforwards dynamiques, ou en explore les conséquences des choix des personnages en les jouant. Cela en fait une aventure riche en vertige logique, en rêves, en voyages dans le temps, en histoires parallèles.

L’univers

Tout entier tendu dans l’esprit que tout se paye, les mers et les terres d’Odysséa sont peuplés d’hommes, de femmes et de monstres qui se battent, qui aiment, ou qui se résignent, dans un décor magique de fin du monde, tour à tour beau et violent, alors que peu à peu la terre se referme sur la mer, pour comme dit la légende, se refermer tout à fait quand Ulysse reposera le pied sur son île.

Odysséa vous propose de jouer l’aventure du retour, de l’éternel retour. Quelle traversée feriez-vous que vous seriez prêt à recommencer à l’infini ?

Heureux qui comme Ulysse

a fait un beau voyage

Heureux qui comme Ulysse

a vu cent paysages

Et puis a retrouvé après

maintes traversées

Le pays des vertes allées

Georges Brassens, Heureux qui comme Ulysse

 

Formats

Livre en couleurs, en impression à la demande

Disponible en livre artisanal, en couleurs.

Version illustrée, pdf

Version texte pur, pdf

Version traitement de texte

illustration : (C) Pierre Morin

 

2 réflexions au sujet de « Odysséa »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *