Millevaux Mantra, guerre et contagion entre univers forestiers

La Contagion. Le basculement entre les univers. La forêt immense, l’horreur, le pétrole mystique. Entrez dans le Grand Cycle. Perdez-vous dans les forêts des mille et uns mondes…

Millevaux Mantra est à la fois un supplément crossover pour Millevaux et Mantra, et un jeu de rôle à part entière.

Crédits : Mike Kempenich, PacificKlaus, publicenergy, TheoJunior, Vince O’Sullivan, cc-by-nc & WD 45,  cc-by & anonymes, costa acsinte, Lewis Hickes, domaine public & Antoine Pierre Nobilet, par courtoisie

 

J’ai un frère caché. Il s’agit de Batronoban : mon frère d’absurde. Batronoban (déjà interviewé sur ce blog) commet des jeux de rôles déglingués tels que Planète Hurlante, Space Sword, Jaune Radiation ou Vertical (un supplément pour Sombre), barjos, ultraviolents, fétichistes.

Comme les autorités ont jusqu’à présent échoué à l’enfermer, il a sorti récemment le jeu de rôle Mantra avec  Quentin Bachelet et Fabrice ‘Kahlong’ Brabon, où l’on joue des élus qui voyagent à travers les univers, dans une ambiance qui tient autant de la mythologie grecque que du surréalisme, du Satyricon de Fellini que de l’Incal de Jodorowsky, du glam rock de David Bowie que du punk indus de Punish Yourself.

Alors, quand Batronoban m’a sollicité pour produire un supplément à Mantra qui serait dédié à l’univers de Millevaux, ça a été une évidence.

Plus qu’un supplément, Millevaux Mantra est finalement un véritable crossover.

+ La première partie propose de fusionner les mythologies de Mantra et de Millevaux, avec un éclairage tout personnel.

+ La deuxième partie explique comment opérer deux pratiques de vertige logique : la contagion (comment Millevaux envahit Mantra et inversement) et la bascule (comment une aventure peut rester la même aventure tout en glissant d’un univers vers un autre). J’avais expérimenté ces deux concepts sur Inflorenza avec les tests Venise/Compostelle/Au Nord et Cuisine aux Orgones/Green Void/Le Château des Possibles et j’en donne aujourd’hui les clefs dans Millevaux Mantra.

+ La troisième partie propose les règles d’un jeu de rôle à part entière : fusion des règles de Mantra et de mes propres obsessions ludiques.

+ La quatrième partie propose une série de tables aléatoires : détails forestiers, mondes forestières, péripéties, propositions d’aventures…

crédits : darwin bell, elycefeliz, Craig Loftus, pomponius, the lonville watch company, cc-by-nc & Jules Martel, par courtoisie

Au final, Millevaux Mantra est un jeu halluciné, qui embarque un tombereau d’influences dans un torrent de folie ludique, où les notions de causalité, de cohérence et de continuité de l’identité sont mises à mal. Millevaux Mantra vous fait tomber de mondes en mondes dans une course à perdre haleine au cœur d’une guerre entre univers qui contamine tout, et dont les personnages sont la clef.

J’ai interprété Mantra comme étant un jeu tactique, où il fallait raisonner pour survivre dans un environnement fou. J’ai poursuivi sur cette logique dans Millevaux Mantra. Si vous maîtrisez le jeu, il vous invite à partir dans une complète débauche esthétique, notamment parce que chaque jet de dé peut avoir des conséquences complètement bizarres. Mais les joueuses doivent compter sur leur talent et sur la chance pour se sortir de ce puzzle mortel et composer avec les entités décadentes qui tirent les ficelles. C’est pour cela que j’appelle ça du jeu tactique. Du jeu tactique en vertige logique. Du funambulisme au-dessus d’un trou noir.

On était parti sur l’idée d’une collaboration courte (même si j’ai amplement débordé du signage qu’on avait convenu au départ), pour autant je voulais que le jeu ait une certaine durée de vie. Je propose un scénario (Oedipos), remake mindfuck de la tragédie d’Oedipe décliné sur trois univers… et plus si affinités. J’utilise pour ce scénario la méthode du « squelette dirigiste » ; le scénario est rédigé sous la forme d’un récit : ce qui se passera si les personnages ne font rien ou font exactement ce qu’on leur demande. Tout l’art de mener ce scénario est de se servir de ce squelette pour ce support et de comprendre que les personnages vont forcément faire dévier l’aventure du récit initial.
Mais il m’était impossible de fournir d’autres scénarios. J’ai voulu donc axer le jeu sur l’improvisation. Les règles de Millevaux Mantra proposent de jouer sans aucune préparation. L’aventure émerge à la fois des actions des personnages (chaque lancer de dé entraîne une matrice de conséquences démentielles) et des tables aléatoires. Je suis assez fier d’avoir réussi à proposer un jeu qui permette de faire du tactique sans préparation, c’était un défi personnel de game design.

Je me suis déjà exprimé sur l’importance de tester ces jeux en masse avant de publier. Millevaux Mantra semble déroger à la règle puisque je n’ai playtesté qu’une fois. Pour le coup, Millevaux Mantra s’appuie davantage sur la méthode du recyclage que celle du playtest. Je me suis parti de l’expérience de Batronoban et des autres auteurs du jeu Mantra et j’ai construit par-dessus. Je suis aussi parti de mes propres expériences de playtest, sur Millevaux en général (entre 300 et 400 parties à ce jour) et sur le vertige logique en particulier (un procédé ludique que j’expérimente en masse depuis deux ans, dans Millevaux ou ailleurs comme avec les jeux Wonderland et Dragonfly Motel). En terme de mécanismes, j’ai aussi assemblé des trucs personnels également testés en masse, que ce soit les jets de dés à conséquences multiples d’Inflorenza, le lancer de dé unique et les tables aléatoires de Marchebranche, le flou sur les situations imposé dans Dragonfly MotelMillevaux Mantra est le fruit de tout ce passé ludique. Un beau fruit bouffi et mutagène.

Millevaux Mantra est une sorte de méta-jeu, un jeu qui dépasse le cadre d’un simple document pour phagocyter une tonne de ressources extérieures. Si Millevaux Mantra peut vous servir de façon autonome, vous trouverez un grand intérêt à vous adjoindre les textes gratuits de Mantra (Mantra Zéro, Dans L’Empire du LionL’île du Cyclope et autres scénarios,  les conseils de maîtrise sur Batro Games) et ceux payants (le livre de base de Mantra, les supplément Rêves & Cauchemars et Mantra Mnémos), mais encore les suppléments de contexte de Millevaux (Civilisation, Almanach) ou encore la playlist Millevaux. Et bien sûr, les comptes-rendus de parties de Millevaux Mantra.

D’un point de vue purement éditorial, Millevaux Mantra est aussi un aboutissement particulier de la mise à disposition de mon œuvre en libre et gratuit. Batronoban était sensible à la démarche (les règles de Mantra, Mantra Zéro, sont disponibles en libre et gratuit) et il a accepté ma charte sur l’accessibilité : j’ai reçu un revenu d’auteur pour écrire Millevaux Mantra (financée par la souscription sur Mantra) mais le texte reste libre et gratuit. Millevaux Mantra fait partie du domaine public. Millevaux Mantra est éternel !

Formats

Version livre, sur le catalogue lulu de Batronoban

Version numérique illustrée, en téléchargement libre sur le catalogue lulu de Batronoban

(mise en page : Intyzlah, sur un design de Tony Martin)

Version texte pur, en téléchargement libre

Version traitement de texte, en téléchargement libre

Ressources

Comptes-rendus de partie et débats sur le jeu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *