Le succès n’existe pas

Longtemps, je me suis fixé des objectifs de succès en écriture. Leur accomplissement m’aurait enfin rendu heureux.

Ce fut d’abord des objectifs simples.

Trouver quelques lecteurs pour mes premiers jets.
Finir un roman.
Trouver un éditeur.

Derrière, se trouvaient des objectifs chiffrés.

Vendre 500 exemplaires. 1000 exemplaires. 20000 exemplaires. Sortir un best-seller. Etre traduit en anglais. Etre traduit en dix langues.

J’avais aussi des objectifs de reconnaissance.

Que ma mère lise un de mes livres. Qu’un ami me félicite. Qu’un grand auteur m’offre des lauriers. Qu’un critique remarque mon travail. Que des personnes soient fières de moi.

J’avais aussi des objectifs de qualité.

Recevoir un abondant courrier de lecteurs. Obtenir des récompenses littéraires. Être cité par mes pairs.

J’avais aussi des objectifs de célébrité.

Être interviewé par un magazine. Par plusieurs magazines. Être invité à des émissions télé littéraires. A d’autres émissions. Ecrire pour le cinéma.

A ce jour, quinze ans après avoir commencé mon premier roman, je n’ai atteint que les deux premiers objectifs de la liste. Et le troisième si on considère que je suis mon propre éditeur. Il n’y a pas si longtemps, mon lancement dans l’autoédition m’ont fait renouveler mes objectifs, en partant sur une base plus modeste. Vendre 50 exemplaires de chaque bouquin, puis 100… Avoir une base de 40 lecteurs assidus, puis 400, puis 4000… Arrondir mes fins de mois, puis gagner un minimum vital de l’écriture seule, puis dégager le revenu nécessaire pour assurer le confort de mon foyer, puis faire fortune…

En vérité, aucun de ces paliers ne peut me rendre heureux. Ce sont seulement des prétextes pour ouvrir une bouteille de champagne. En vérité, aucun de ces paliers ne me fera sentir que j’ai obtenu le succès. Quand bien même ça pourrait en avoir l’apparence pour les regards extérieurs.

Le seul succès que je puisse apprécier, ici et maintenant, c’est d’écrire. Tous les jours.

4 réflexions au sujet de « Le succès n’existe pas »

  1. Et c’est déjà pas mal. Quoi que la bouteille de champagne soit un objectif en soi =)

    Sérieusement, les objectifs chiffrés c’est utile aux entrepreneurs pour convaincre leurs investisseurs. Quand on fait quelque chose qui s’apparente de près ou de loin à de l’art, ça n’a plus lieu d’être. Moi aussi ça fait longtemps que j’ai oublié ce genre de chose. Chacun progresse à son rythme et atteint le succès qu’il peut atteindre compte tenu des circonstances.

    • Oui. Je crois surtout que l’approche sans objectif consiste à penser que les objectifs nous attristent quand ils ne sont pas atteints sans pour autant nous combler quand ils sont atteint. Notre activité, quelle qu’elle soit, sera plus gratifiante si nous nous concentrons sur les moyens et pas sur la fin.

  2. Ping : La jalousie | Outsider

  3. Ping : Amateur professionnel | Outsider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *