La révolution a commencé

Attention, il y a du nouveau dans cet article. De grands changements.

Première chose, je commence les démarches pour devenir créatif à plein temps. Je vous en ai déjà parlé lors des deux premières saisons. J’ai pris le temps de consolider mon projet et d’en parler avec mes proches. Je vais créer une entreprise individuelle, et je quitterai mon travail salarié de conseiller agricole. Pourquoi ? Parce que j’en veux plus. Je veux écrire plus, offrir plus, partager plus. Je veux vivre en totale conformité avec mes valeurs. Et mon travail salarié ne le permet pas. Mes valeurs, ce sont les suivantes : consommer et produire moins, à bon escient. Exercer ma créativité, transformer le monde selon mes valeurs, faire ma révolution personnelle. Et aider les autres à faire de même.

Je ne peux vous dire quelle sera exactement mon activité car je serai dans l’ouverture totale. Pour vous donner une idée, j’imagine trois tiers-temps : un tiers pour la promotion de la créativité pour tous, un tiers pour l’écriture et l’animation en jeu de rôle, un tiers pour d’autres médias, fiction littéraire en tête. Je vais également consacrer plus de temps à mon foyer et à mes proches. Parce que créer n’est pas vivre. Je sais à l’avance que ça ne ne se passera pas comme prévu, car je serai comme de l’eau. J’irai où mes valeurs me guideront. Et les valeurs changent en permanence, elles grandissent avec nous.

Je ne pars pas de zéro. En deux ans, j’ai été créatif en moyenne 32 heures par semaine, en plus de mes 28 heures de travail salarié. J’ai publié 12 livres, écrit 94 articles sur le blog Outsider, 32 articles invités sur d’autres blogs, animé 3 conférences, écrit 138 comptes-rendus de partie de jeu de rôle dans l’univers de Millevaux, 7 comptes-rendus d’autres jeux perso, publié 3 scénarios de jeux de rôles en magazine, participé à 12 Podcasts de la Cellule soit 18 heures de podcast enregistré, animé 6 Podcasts Outsider soit 15 heures de podcast. Et j’ai vu beaucoup de personnes devenir plus créatives en même temps que moi. J’espère y avoir contribué. Mais comme je l’ai dit, j’en veux plus.

Il y aura des épreuves. Mais je vais me battre. J’ai la rage. Je le ferai, avec ou sans l’aide de la société. La société, je suis là pour la transformer à travers ma révolution personnelle. Vivre et exercer sa créativité en conformité avec ses valeurs semble parfois un défi impossible. Je vais me battre pour prouver que c’est possible. Il ne s’agit pas que de moi. Je vais marcher dans la voie du guerrier, dans l’abandon total. Parce que la passion emporte tout sur son passage. Ça va fonctionner parce que j’y crois. Et comme j’y crois, d’autres personnes y croient : il s’agit de vous qui me lisez à l’instant, à qui je dédie mon œuvre. Et d’autres personnes encore y croiront. Et surtout, ça ne peut que fonctionner quand on utilise la meilleure des armes : la créativité.

Aujourd’hui, je demande votre aide. Je ne serai pas un écrivain édité, je ne serai pas en librairie. Je ne participerai pas à ce modèle économique et artistique parce que c’est une structure en pyramide. Bien qu’elle soit composée de personnes de valeur, la structure ne peut nourrir qu’une élite populaire parmi les écrivains. Ce que je veux, c’est promouvoir une autre liberté d’agir et de créer. Pour ça, il nous faut des balkans de créatifs interconnectés. C’est à ça que je veux participer. Surtout, je ne me contente plus de rémunérer le livre, de rémunérer l’objet. Je crée de la valeur sous d’autres formes que le livre, fut-il artisanal. Des articles de blog, des supports en ligne, des textes gratuits également. Ces textes-là aussi sont importants. J’espère qu’ils vous apportent autant de valeur que mes livres. Je sais même que certains lisent Outsider et ne lisent pas mes livres. Or, Outsider ne sera pas un à-côté de mon activité créative à plein temps. Ce sera le centre de cette activité. C’est Outsider qui aidera le plus de personnes. C’est pour tout ça que j’ouvre une rubrique de don. Je vous invite à soutenir ce que je fais : Outsider, les articles invités dans la blogosphère, les supports en ligne, les discussions en privé, les rencontres publiques, les textes gratuits. Ainsi, vous soutiendrez la personne, mais aussi l’œuvre, et toutes les personnes qui voudraient y avoir accès pour la consulter ou l’utiliser dans leurs propres créations (je rappelle que mes textes sont tous en licence Creative Commons paternité / pas d’utilisation commerciale, et que je vais tous les faire migrer dans le domaine public). Enfin, à travers une révolution personnelle, vous soutiendrez un projet de société, une société qui n’est pas basée sur l’échange mais sur le partage, une société qui n’est pas basée sur le travail mais sur la créativité, une société qui n’est pas basée sur la richesse, mais sur la générosité.

Je vous propose de donner plutôt qu’acheter. De donner pour qu’Outsider ne soit pas à vendre. Sans doute est-il plus urgent de faire un don à une association caritative, qui pourrait créer de la valeur à une plus grande échelle. Sans doute est-il plus urgent de donner à une révolution globale qu’à une révolution personnelle. Mais vous pouvez faire les deux. Et dans tous les cas, n’est-il pas plus urgent de donner que d’acheter ? Je suis pour le revenu de base inconditionnel, socle d’une société oeuvrière tant qu’il y a aura un gouvernement. Parce que je suis pour l’inconditionnalité. J’affirme que la créativité est un droit. Vivre dans la dignité est un droit. Pouvoir créer tout en vivant dans la dignité est un droit. Un ciment pour une société nouvelle. Une société sans revenu de base inconditionnel oublie ce droit, elle soumet la dignité à des conditions. Je veux me battre pour que les choses deviennent inconditionnelles. Pour que la dignité humaine aille de soit. Dans la vie de tous les jours, dans les esprits, dans la société.

Aussi, je vous demanderai d’être inconditionnel. Si vous donnez à Outsider, une fois ou mensuellement, vous le faites pour récompenser la valeur qu’Outsider a créée, ou pour encourager sa liberté future. Je ne peux vous garantir aucune contrepartie, aucun engagement. Si ensuite, Outsider cesse de créer, ou ne crée pas de la valeur pour vous, arrêtez de donner, tout simplement. Mais dès aujourd’hui, je peux vous dire que ce don changera tout. Libéré des conditions, je pourrai réinventer la créativité. La réinventer avec vous.

Je ne fais aucune promesse, mais je peux vous dire dans quel état d’esprit je suis aujourd’hui. On m’a beaucoup offert, et j’ai beaucoup à offrir. Je veux écrire des livres qui changent la vie. Je veux apporter du plaisir aussi. Le plaisir de découvrir des univers étranges, le plaisir de trouver de l’énergie pour soi, aussi. Je veux aller à la rencontre des personnes qui souffrent parce qu’elles ne parviennent pas à créer comme elles le voudraient. En quittant mon travail salarié, je pose un énorme bagage qui m’empêchait d’aller aussi loin. Mon objectif, c’est de vivre avec 800 € net par mois. C’est mon train de vie actuel. Ma vie de créatif sera moins coûteuse que mon travail salarié, mais je prévois une marge supplémentaire en cas de coup dur. J’ai déjà épargné pour m’assurer deux ans à ce train. Mais je ne compte pas vivre totalement sur mon épargne, parce que ça ne dure qu’un temps, et parce que, pour citer Mathieu Gaborit, il faut avoir suffisamment d’argent pour ne pas y penser. Je ne veux pas que le manque d’argent soit un facteur d’abandon, et donc il me faut toujours de l’épargne en avance.

A l’avenir, je développerai des solutions non-monétaires, mais pour le moment, j’ai toujours besoin d’argent pour vivre et pour créer. Donc, je chercherai un revenu (la créativité me rapporte déjà 200 € de bénéfices par mois) mais je réduis volontairement mes besoins pour m’assurer une liberté créative, pour être capable de faire certaines choses, des choses importantes, gratuitement, sans condition. Et aussi parce qu’il n’y a pas de créativité sans liberté.

Si je ne fais pas de promesse, je resterai transparent. Je ferais au minimum un bilan public des dons par an.

Ce chemin, je peux aussi le faire sans les dons. Quoi qu’il arrive, je ne me coucherai pas. Je vais me battre tout le temps. Pour moi, pour mes proches, pour tous ceux à qui Outsider fait du bien. Alors, même sans vous, je le ferai. Mais je veux le faire avec vous.

Vous pouvez apporter votre soutien d’une autre façon que vous trouverez judicieuse, comme par exemple en commandant un livre ou un livre artisanal, en m’exprimant votre soutien, en parlant autour des articles ou des publications made in Outsider, ou en me proposant un article invité.

Je vais vous montrer à quoi ressemble la nouvelle donne. La nouvelle donne, c’est plus de partage.

Tout d’abord, je bascule tous les textes d’Outsider dans le domaine public. Sentez-vous libre de les utiliser pour n’importe quel usage. J’apprécierai d’être crédité et informé, mais ce n’est pas une nécessité absolue. Dans les prochaines semaines, je vais diffuser tous mes livres numériques en gratuit. La plupart des versions texte l’étaient déjà, mais certaines étaient tronquées. Vous aurez désormais accès aux versions intégrales. Je vais aussi livrer toutes les versions illustrées en gratuit. Le temps de caler les choses avec les illustrateurs. Vous pourrez ainsi découvrir leur travail et aussi mon travail de photomonteur, crucial pour moi. Je ne suis pas un écrivain. Je suis un créatif, et la folie graphique est aussi importante pour moi que la folie scripturale.

Je n’ai pas les mots.   Pas les mots pour exprimer la gratitude, la foi que j’ai en vous. Pas les mots pour exprimer la hâte que j’ai à vous retrouver, tout bientôt.

17 réflexions au sujet de « La révolution a commencé »

  1. Hello!

    Bravo pour ce manifeste! Tous mes vœux de réussite t’accompagnent – en plus d’une contribution personnelle que je te ferai parvenir dès que je verrai où cliquer.

    Si ce n’est déjà fait, je te conseille de jeter un œil sur mon récent article sur les diverses méthodes de financement et de micropaiement. Cela peut te donner quelques pistes pour t’aider dans cette démarche.

    À mon avis, il y a aussi des choses à faire avec d’autres acteurs de cette mouvance, comme Greg Siebrand ou Ploum.

    Tout de bon!

    • Tu peux cliquer ici : http://outsider.rolepod.net/donner/

      Je te suis sincèrement reconnaissant pour ton soutien !

      Crois bien que j’ai lu ton article en détail et tous ceux qui se rapportent au financement de la créativité. (il se pourrait que j’en cites quelques uns ici ou là mais sans pouvoir te dire où exactement).
      Tes articles et ce que j’ai pu glaner par ailleurs concernant le financement de la créativité m’ont amené à essayer ce modèle. Je vais aller voir comment procèdent Greg et Ploum. Ce sera forcément à affiner avec le temps. Ne serait-ce que parce que paypal, comme tu le soulignes, n’a pas que des avantages, et n’est sans doute pas éthiquement neutre.

  2. Je viens de découvrir votre blog par votre billet. J’aime, J’approuve et je vous souhaite bonne chance.

    Un petit blogueur qui aime le partage et la liberté de soutenir.

    • Merci Greg !
      J’ai encore à apprendre sur le partage (comment, par exemple, aller plus loin que le domaine public en proposant non pas uniquement les oeuvres finies mais les pièces détachées pour qu’on puisse réellement se les approprier). Mais c’est un chemin, et tes encouragements m’aident à la parcourir.

      • Ha ben Alias m’a fait un peu de publicité! 🙂

        Oui, en fait j’aimerais lancer un label Prix Libre, avec peut-etre un mini site qui va avec et présente toutes les personnes qui proposent leur art en libre accès via don ou Prix Libre (Il existe aussi des pages G+ et Facebook)

        Tu peux déjà voir du côté de Flattr, ça ne mange pas de pain, et pas très compliqué à mettre en place sur un blog (c’est d’ailleurs ma seule source de revenu en ce moment) Mais sinon je propose pas mal de choses pour les personnes désireuses de me soutenir, dont certaines sont proposées dans le billet d’Alias susmentionné plus haut. Pour te faire une petite idée: http://www.antredugreg.be/me-soutenir/

        • J’avoue que les articles d’Alias sur FlattR m’ont plutôt douché. Tu proposes une grande variété de possibilités de financement pour tes lecteurs, cela peut être une bonne chose, mais je resterai dans la ligne d’Outsider : simplicité. Ceci dit, je vois que tu proposes le virement bancaire, je n’y avais pas pensé, ça peut s’envisager à l’avenir.

          Tu peux nous expliquer ce que tu conçois dans un label Prix libre ? Je vends mes livres artisanaux en prix libre, mais ça ne m’est pas venu à l’idée d’entrer dans un label.

          Je vais lire ton blog.

          • Label prix libre, ce ne serait de toute façon pas quelque chose d’officiel, mais une idée pour des artistes proposant leurs arts au format numérique. J’ai émis des idées sur un pad, les gens pouvant participer à l’élaboration de l’idée. http://lite4.framapad.org/p/xnHMS49Td1

            Je le dis au format numérique, parce que pour un format papier, il y a aussi toute une logistique à payer : frais d’envois, d’impression, etc,.. Ce qui fait que là je suis un peu plus réticent, mais pourquoi pas. Sans compter aussi que ce genre de choses ne peut pas s’appliquer dans certains pays, qui imposent un prix fixe pour un bien littéraire.

            Sinon, tous les moyens que j’ai proposé, le seul qui fonctionne c’est Flattr. De tous les moyens proposés, c’est le seul avec lequel j’ai reçu quelque chose. Prenons même l’exemple de la sortie de mon recueil de poème, il a été téléchargé une centaine de fois sur le blog contre aucune rémunération. Flattr n’est peut -être pas l’outil idéal et parfait, mais il a l’avantage d’être là, de proposer quelque chose de nouveau et un système alternatif aux systèmes classiques. C’est comme si tu allais au ciné et que tu payais un petit quelque chose si le film t’a plu, sans avoir été obligé de payer une entrée. Mais c’est vrai que ce n’est pas avec cela que tu vas avoir de quoi manger au soir, à moins que le système se popularise de plus en plus. Et pour cela, il faut être nombreux à le proposer, tout comme en parler autour de soi (mes premiers supporters, en terme de sous et non de clics via Flattr sont des membres de ma famille).

            Sinon, si je propose ce large panel de moyens, c’est simplement pour laisser le plus de choix possible aux gens, selon les systèmes qu’ils préfèrent ou utilisent au quotidien. Je t’invite à lire le billet de Ploum à ce propos: http://ploum.net/la-liberte-de-soutenir/

          • je peux pas lire ton pad.

            J’applique le prix libre sur les livres physiques uniquement sur mes livres artisanaux, ceux que je fabrique moi-même. Je considère que comme ils n’ont pas d’ISBN, ce ne sont pas des livres mais des objets d’artisanat, et que le prix libre peut s’appliquer. J’explique un peu plus ici et .

            J’aime bien l’article de Lionel. Mais ce qu’il appelle paresse, j’appelle ça de la concentration. Je vais réfléchir pour FlattR. En attendant, j’accepte les chips (mais pas trop, je tiens pas à reprendre les 25 kilos que j’ai perdus).

  3. par où commencer… déjà, bravo! la démarche est vraiment courageuse et impressionnante, même si j’ai du mal à imaginer comment la chose peut fonctionner (se mettre en place au niveau financier), je te souhaite bon courage et attend de voir la suite avec le plus grand interer comme toujours 🙂
    il faut d’ailleurs que je pense à te commander la suite de tes livres en version artisanal ^^

    en somme, bravo pour ton nouvelle envole, bravo pour ton courage et merci de nous faire rêver.

  4. Reçois tout mon soutien et mon admiration, quoiqu’il arrive je serai là et j’apporterai aussi ce que je peux,ne serait ce qu’en pratiquant moi même tant que faire se peux ce que tu veux faire. J’ai été très émue par ton texte. Il n’est pas toujours facile d’assumer qui l’on est, mais il me semble que c’est vital. Oyez amis créatifs , en avant toute!!!!!!

    • être créatif, c’est s’exprimer. C’est pour cela que la créativité nous est vitale. Après l’avoir découvert, j’ai envie que les gens autour le découvrent également, et ça constituera le coeur de mon activité dans les années à venir. Merci pour tes encouragements et ta promesse de contribution, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd !

  5. Bravo pour ce départ, Thomas, même s’il s’agit plus d’une étape dans la longue marche que tu entreprends que d’une envolée.

    Je te souhaite beaucoup de courage et de réussite.

    Fort amicalement,

  6. Il y a personnellement des choses qui sont en train de m’interpeler. Une démarche certes différentes mais qui mérite que l’on s’y investisse. Je me rends de plus en plus compte que la culture de l’imaginaire n’a pas suffisamment de visibilité en France pour exister vraiment. Et que l’on a besoin de passeurs pour la diffuser. J’ai déjà commencé ce travail et je continue encore ( j’ai une réunion ce soir avec des élus d’ailleurs). Je commence sur le terrain local parce qu’il faut bien commencer quelque part. Mais pour l’instant ça ne me permettra pas de dégager le moindre revenu mais il faut se faire connaître dans un premier temps et faire ses preuve. Après je peut peut être espérer devenir médiateur freelance. Mais ça prendra du temps.
    En plus j’ai aussi un projet de label que je propose à des éditeurs parce que j’en ai marre de voir d’excellent auteurs être en rade ( si je veux faire ça en indépendant il me faut 4 associés minimum et c’est pas facile à trouver, donc je préfère dans un premier temps contacter des éditeurs pour ne pas passer à coté de quelque chose.)
    Voilà ou j’en suis.

  7. Ping : Au large | Outsider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *