La liberté et la peur

Exercer sa créativité consiste à s’exprimer. Être créatif permet donc d’exercer sa liberté d’expression, de transformer le monde, et de participer au respect de la liberté d’expression à travers le monde.

Cet article a été délicat à rédiger. Tellement. Je serai tenté de revenir souvent sur ce que j’y ai dit. Par respect avec le propos même de l’article, je m’engage cependant à ne plus modifier ce texte après sa publication. Si je dois revenir sur mon avis, je le ferai en commentaires ou par de nouveaux articles.

Quel est le sujet fondamental de ce blog ? La créativité. Pour que vous puissiez comprendre le fond de ma pensée, je dois en donner ma définition. Elle n’est pas plus légitime qu’une autre : il s’agit juste d’une base pour me faire comprendre.

Créer, c’est transmettre un retour sur des expériences qu’on a vécues. Que ce soit par les mots, par l’argile, les gestes, les programmes, le crayon ou les briques, créer c’est s’exprimer.

Ce sujet fondamental, c’est la liberté d’expression.

Nous avons tous des expériences, aussi nous avons tous quelque chose à dire. Cela peut être banal, important, beau, horrible, abstrait, concret, vulgaire, raffiné, intelligent ou stupide.

En le disant, nous participons à la diversité de l’humanité, cette diversité qui assure son évolution.

Ce que nous avons à dire peut blesser des personnes. Cela peut avoir des conséquences considérables. Mais ne pas nous exprimer nous expose avec notre entourage à des conséquences plus graves encore. Si nous taisons ce que nous pensons, nous ne permettons à personne de nous donner l’occasion de changer d’avis, de nous faire connaître un avis contraire. Nous ne laissons aucune chance à un dialogue de s’instaurer. Nous ne permettons à personne de nous protéger contre nous-même, ou de se protéger contre nous-même. Nous nous interdisons de nous transformer. Et sans transformation, nous allons à l’auto-destruction.

Nous exprimer nous permet d’entamer un dialogue. C’est un acte de transformation, cela n’est jamais neutre et amène toujours une réaction. Nous exprimer encourage nos proches à faire de même. C’est une force en perpétuelle expansion. L’échange des expressions amène vers une chose essentielle à la croissance et à la survie humaine : la compassion. Si nous pouvons écouter les souffrances et les joies de chacun, nous finirons aussi par les comprendre et par les accepter. Notre compassion ira grandissant. Seule cette force me paraît pouvoir nous conduire vers de meilleurs lendemains : la compassion. C’est le chemin le plus douloureux, mais c’est le seul chemin qui mène quelque part.

Que ce que vous ayez à dire soit immense ou minuscule, inoffensif ou dangereux, que vous en ayez honte ou que vous en soyez fiers, dites-le. Trouvez une manière de le faire qui vous semble la plus sage, mais parlez. Faites entendre votre voix.

Ceci ne signifiera jamais répéter le message d’un autre. Nous sommes tous uniques, c’est notre unicité qui fait de chacun de nous une personne essentielle à l’avenir de ce monde, alors exercer sa liberté d’expression ne signifie pas choisir une voix à répéter. C’est exercer son libre raisonnement, exercer son propre témoignage. S’exprimer, ce n’est pas scander, c’est dialoguer. Réagissez aux évènements qui vous émerveillent ou vous choquent, recueillez les impressions des autres, mais ne laissez personne vous dicter votre réaction sans réfléchir aussi par vous-même.

Nous donnons à nos peurs la permission de nous faire taire.

Ce peut être la peur de paraître fou, ridicule ou obscène.

Ce peut aussi être la peur, parfois, hélas bien réelle, de subir l’ostracisme, la persécution, la violence, la torture ou la mort. Je ne prendrai pas la responsabilité de dire quoi faire aux personnes qui endurent ces dangers-là. Mes pensées vont vers elles, mais je ne suis moi-même pas victime de coercition extérieure, je ne peux prétendre que je saurais quoi faire en de telles circonstances.

Je m’adresse en revanche à toutes les autres personnes, y compris moi-même. Nous, nous sommes notre seule limite à notre liberté d’expression. Nous aurons toujours des peurs, qu’elles soit irréelles ou fondées. Mais cessons un instant de penser aux risques pour penser aux bénéfices. Cessons d’attendre que d’autres prennent des risques plus grands encore. Prenons nos petits risques à notre petit niveau, pour nous exprimer, pour nous transformer, pour transformer le monde.

Simplement en faisant entendre notre voix.

Pour fournir ce témoignage que nous seuls sommes capables de transmettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *