La jalousie

Nous jalousons souvent la réussite des autres créatifs. Mais cette jalousie s’effondre si nous considérons les choses dans leur ensemble. À moins qu’elle ne devienne une force.

 

Sauf à être complètement outsider, nous avons en permanence sous les yeux le travail et la carrière d’autres créatifs. Parfois, ceci provoque en nous un puissant sentiment de jalousie. Un tel semble créer beaucoup plus vite que nous, un tel a plus de public alors qu’il a moins de talent que nous, un tel vit de sa création alors que nous devons avoir un boulot alimentaire, un tel fait des créations plus abouties que les nôtres.

Nous voudrions tellement être à leur place ! Cesser d’avoir peur, obtenir la reconnaissance, être fier de nos créations, pouvoir en vivre. Cette jalousie peut nous épuiser à détester l’autre, elle peut même nous empêcher de créer. À quoi bon faire des efforts puisqu’ils ne payeront jamais autant ? Ce sentiment nous paralyse et nous isole.

Les choses s’éclaircissent si nous réalisons que notre jalousie est une illusion.

Première illusion : croire que le mot réussite a un sens. Penser que l’on peut définir des critères selon lesquels ça vaut la peine de créer, et d’autres selon lesquels ça ne vaut la peine de créer. Ça vaut toujours la peine de créer. Parce que créer, c’est s’exprimer, c’est se sentir vivant. Parce que rien de ce que l’autre ne pourra créer ne peut remplacer nos œuvres tout à fait uniques, uniques par leur contenu et leurs effets, uniques par le spectre de personnes qu’elles vont toucher. Parce qu’une minute de créativité porte en elle sa propre récompense, indépendamment de l’œuvre finie.

Deuxième illusion : nous comparer aux autres. Nous pouvons envier certains détails chez un autre, mais nous n’envions jamais chaque détail de sa vie. Celui-ci a plus de public que nous, mais il n’a pas un public aussi proche. Celui-ci dessine mieux que nous, mais son dessin n’a pas la personnalité du nôtre. Celui-ci gagne plus d’argent que nous, mais ses faux besoins lui imposent de dépenser beaucoup plus que nous. Celui-ci est apprécié pour son travail, mais ne voudrions pas troquer ses œuvres contre les nôtres.

Pour avancer, faut-il cesser de se comparer aux autres ? Oui, si en nous comparant aux autres, nous éprouvons un sentiment de jalousie qui nous paralyse et nous isole durablement, et nuit à notre bien-être.

Mais dans l’absolu, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous comparer aux autres. Cela fait partie de la perception. En revanche, nous pouvons apprendre à considérer les choses dans leur ensemble. La jalousie est une émotion : c’est aussi une information. Comme le dit Lionel Dricot, c’est même un guide. Pourquoi sommes-nous jaloux de l’autre ? Qu’est-ce que l’autre peut nous apprendre ? Pouvons-nous établir un contact avec lui ? Pouvons-nous nous impliquer dans sa réussite ? Pouvons-nous travailler ensemble sur des créations communes ? Quelles valeurs partageons-nous ?

Souvent, si une expérience nous inspire de la jalousie, comme par exemple voir deux personnes s’embrasser, c’est que nous voudrions vivre cet expérience d’encore plus près, de l’intérieur. Cherchons ce que cela nous apprend sur nous-même.

N’oublions pas le pendant de la jalousie : l’auto-satisfaction. Parfois, nous nous comparons aux autres, et nous nous trouvons mieux. Mais s’il convient de chérir ce que nous sommes, de nous respecter autant qu’on voudrait respecter les autres personnes, garons-nous de l’aveuglement. L’auto-satisfaction nous paralyse et nous isole autant que la jalousie.

En lâchant prise de la notion de succès et d’échec, en se consacrant à nos créations présentes plutôt qu’en ruminant le résultat de nos créations passées, nous pouvons éviter les pièges que nous tendent la jalousie et l’auto-satisfaction, et en recueillir les bénéfices.

2 réflexions au sujet de « La jalousie »

  1. La jalousie – envers les auteurs que je croisais dans les salons littéraire et envers ceux de mes amis qui sont des auteurs publiés – est ce qui m’a poussé à reprendre l’écriture de fiction. Donc oui, ça peut être un moteur puissant.

  2. Ping : Créer, c’est facile | Outsider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *