La grosse tête

 

Dès qu’un créatif acquiert un peu de renommée, il peut facilement attraper la grosse tête. Pourtant, la simplicité volontaire reste sa meilleure alliée dans la progression.

Si nous montrons ce que nous créons, il arrive, dès qu’on y met un peu d’acharnement, que des personnes s’y intéressent. Nous recueillons louanges et honneurs. C’est très gratifiant. C’est souvent un but : on crée toujours pour quelqu’un, et pas forcément pour nous seul. C’est une des joies, un des moteurs de la créativité.

Pour autant, mieux vaut éviter de se complaire dans l’autosatisfaction. L’idée n’est pas ici de lister les mérites ou les défauts de l’orgueil. L’idée est de lister les mérites de la modestie.

La modestie est une qualité innée. On est modeste. Ou on ne l’est pas. Traitons plutôt ici d’une faculté qui peut se développer : la simplicité volontaire. Pratiquer la simplicité volontaire, c’est ne pas être dupe de son orgueil. C’est lui adosser une vision des choses qui le tempère. Analyser les choses avec lucidité, configurer son mental pour avancer plus loin. L’orgueil permet d’aller très loin, très vite. Mais l’arrivée peut faire très mal. La simplicité volontaire permet d’y aller à son rythme, et surtout de ne pas se tromper de destination.

Avoir de grandes attentes, c’est s’exposer à de grandes déceptions. Œuvrer sans objectif, c’est être ouvert aux opportunités, et vivre hors des champs de la réussite et de la défaite.

La simplicité en créativité, c’est avoir de grandes ambitions et aucune prétention. S’autoriser à s’inspirer, à copier, à recycler. Être conscient que nos idées ne valent rien,  moins qu’elles ne se juchent sur les épaules de géants. Sur la créativité d’une communauté présente et passée.

Être simple permet de mettre les gens à l’aise avec soi. Et nos œuvres ont besoin de ces personnes. Pour échanger, pour s’étoffer. Plutôt que de chercher à être meilleur que ces personnes, pourquoi ne pas chercher à rendre ces personnes meilleures, en installant un cadre qui leur permette de s’exprimer à leur plein potentiel ?

Être simple, c’est être lucide. A l’échelle de l’univers, à l’échelle de l’humanité, à l’échelle des temps géologiques, et même à l’échelle de notre pays, de notre ville, de notre quartier, de notre propre vie, nos créations sont peu de choses. Très peu de choses. Elles sont juste ce à quoi nous consacrons le temps qui nous est imparti. La chance de créer est peu de choses face à la chance de respirer. La chance de plaire est peu de choses face à la chance d’aimer.

Les gens nous disent : « Ce que vous faites est formidable ! ». Mais personne ne devrait être dupe, ni le flatteur ni le flatté. C’était bien peu de choses au final. Juste du temps passé. L’important est d’avoir fait de notre mieux. Allons-nous répondre : « Oui, vous avez raison, je suis formidable. » ? Bien sûr que non, c’est ridicule. Personne ne répond ça. Personne ne le pense vraiment. C’est bien plus lucide de répondre : « Merci ! Mais c’est peu de choses en réalité. Juste un bon moment de passé. ». Bien sûr, il nous arrivera de choper la grosse tête de temps à autre. Le plus simple, c’est d’en rire. « Pour qui je viens de me prendre ? Un peu de lucidité, il est temps de retourner au travail ! ».

Quand on est créatif et qu’on présente nos œuvres aux autres, on finit toujours par recueillir des encouragements. En vérité, il y a tant d’occasions d’éprouver de la gratitude, qu’il faudrait connaître cent mots différents pour dire merci. Il y a tellement de nuances de gratitude différentes, le langage ne suffit pas. Cultiver l’autosatisfaction est une chose. Cultiver la gratitude nous grandit. La vraie confiance en soi naît de la gratitude. Le vrai bonheur naît de la gratitude. La vraie contribution naît de la gratitude.

N’oublions jamais le chemin parcouru. Hier encore, on était des casseroles. Des petits chanteurs de comptoirs qui jouaient au chapeau avec une voix timide. Soyons reconnaissants pour ce que nous avons obtenus. Soyons contents.

Soyons conscients que nous sommes encore des casseroles.

Le sommet de notre art sera toujours hors de portée, et c’est ce qui en fait la beauté.

6 réflexions au sujet de « La grosse tête »

  1. Amicalement, en tant que lecteur anonyme de tes articles, je t’envoie mes sincères encouragements.
    Quelques remarques ou réactions :
    – (pour rester sur le thème de la gratitude mais « égoïstement » aussi 🙂 étant donné que je trouve ces écrits très intéressants (ils me font souvent bien cogiter), motivants la plupart du temps, réconfortants également, et enfin agréables à lire en général, et étant donné qu’ils me semblent de moins en moins fréquents, j’espère que tu ne te décourages pas et que cette baisse de rythme n’est pas due à l’absence ou à la rareté des commentaires. C’est ainsi avant tout dans cette idée que j’écris ces lignes. Pour moi, idéalement, être créatif ne doit pas avoir pour but d’obtenir de la reconnaissance, des flatteries ou même de cette ‘gratitude’ dont tu parles. De mon point de vue, idéalement toujours, un objectif « sain » pourrait être de simplement se faire plaisir dans l’acte créatif voire d’apprécier le résultat mais uniquement pour soi (je pense par exemple à des personnes décorant amoureusement leur intérieur sans le montrer à quiconque). Plus ambitieux pourrait être d’apporter de la beauté (ou autre) au monde anonymement (à la Amélie Poulain ..) Malgré tout, nous ne sommes qu’humains et un besoin de reconnaissance (ou de gratitude) me paraît bien compréhensible .. Bref, j’espère que c’est surtout une baisse d’envie, d’inspiration ou de temps/priorité (ou encore autre chose .. mais en tout cas pas un découragement) qui fait que tes articles sont moins fréquents (d’un autre côté, à mon avis, mieux vaut la qualité que la quantité).
    – 2ème remarque (je ne pensais pas être si long sur la 1ère ..) : je suis souvent interloqué, parfois presque choqué, par certaines de tes affirmations non argumentées .. Je ne sais pas vraiment quoi en penser et ça n’est pas tout à fait une critique car cela me permet souvent de réfléchir (me prendre la tête diraient d’autres ..) mais j’en reste également souvent perplexe ou dubitatif … Sur cet article, il y a eu notamment l’assertion « La modestie est une qualité innée. On est modeste. Ou on ne l’est pas »… (??) C’est intéressant parce que je n’y avais jamais pensé mais bon tout de même …
    – pour conclure et renvoyer encore un peu de gratitude (pour le plaisir ..), je rajoute simplement que nous avons quand même tous bien de la chance de connaître le jdr et par la même occasion de rencontrer ou croiser de riches personnes .. (pas tout à fait là par hasard certainement ..). Je ne pense pas qu’à tes écrits en énonçant cela mais également aux commentaires souvent très intéressants ou encore à d’autres sites & auteurs ..

    Bon, sur ce, bonne continuation à toi et vive les Rôlistes !! (oui, j’aime bien incarner des hobbits !..)

    • a. Merci pour tes encouragements FG. Vraiment.
      b. Je reconnais que j’ai été moins assidu sur Outsider ces derniers temps. Mes obligations professionnelles me prennent un certain temps, et disons que j’ai consacré mon temps libre à d’autres priorités. Mais dans trois semaines, je serai créatif à temps plein, et je pense alors écrire plus fréquemment sur ce blog !
      c. La gratitude s’adresse-t-elle uniquement à des personnes ? Nous pouvons éprouver de la gratitude pour le fait d’être en vie, pour le fait de pouvoir faire ce que nous faisons, pour le fait d’avoir une raison de se lever le matin.
      d. Ce que je souhaitais dire au sujet de la modestie : disons qu’une partie de notre caractère est innée. Par exemple, il y a des personnes prédisposées génétiquement à être heureuses, d’autre moins. ça c’est un fait scientifique. Je crois qu’il est en de même pour d’autres traits de notre caractère, comme le fait d’être modeste. Mais l’inné ne fait jamais tout. Rien n’est complètement joué d’avance. Une personne génétiquement prédisposée à être malheureuse pourra trouver en elle ou autour d’elle les ressources pour accéder au bonheur. Une personne qui se laisse guider par un orgueil naturel pourra trouver les moyens de le tempérer si elle réalise les bénéfices qu’elle peut tirer d’une telle démarche de réflexion. Mais je n’ai pas toutes les réponses, c’est évident, on peut en discuter.

      • Merci pour ta réponse intéressante et qui me donne de nouveau de quoi réfléchir .. (mon message ne demandait pas particulièrement de réponse mais bon ..)
        « Découragement » était sans-doute un peu fort comme terme. Il me semble que tu es toujours très actif ailleurs (Facebook, Les Ateliers Imaginaires, le travail sur tes créations, etc ..)
        De toute façon, ça n’est pas du tout à moi ou à nous (« le public ») à chercher à t’influencer (loin de moi cette idée). Tu es je pense bien-sûr le meilleur juge pour gérer tes envies, ton inspiration et tes priorités.
        Mon message se voulait simplement une preuve d’intérêt d’au moins certains de tes lecteurs malgré le peu de commentaires .. (au cas où tu te poserais la question ou que tu serais moins actif ici pour cette raison). Une sorte d’encouragement anonyme donc et surtout sans contrepartie.
        Personnellement, n’ayant découvert ce site que cet automne, je ne suis remonté que d’à peine une année et il me reste ainsi de nombreux autres articles plus anciens à découvrir.
        Concernant, le c/ (la gratitude), je ne suis pas d’accord avec tes propos mais il s’agit surtout de rhétorique ce que je n’aime pas du tout (pour moi la gratitude est forcément envers quelqu’un .. mais je suis Chrétien ..)
        Idem pour le d/ qui ne m’a pas convaincu (et surtout débat rhétorique où on va jouer sur les mots et les formulations .. ce qui ne m’intéresse pas du tout ..)
        Bonne continuation en tout cas et créé bien !

        • + J’apprécie cette marque de soutien inconditionnel, ça fait plaisir.
          + Pour c ou d, let’s agree to disagree comme on dit en anglais !

          • Belle expression, je ne connaissais pas (je la traduirais par « j’accepte/je comprends que tu ne sois pas d’accord ; restons-en là » .. J’aime beaucoup)
            J’ai lu il y a quelques temps une histoire où un personnage avait « pour vertu la bonté » ! Cela m’avait grandement surpris comme idée, un peu comme pour ta modestie .. Je mets de côté pour l’instant ..
            En toute indiscrétion, j’ai vu aussi que toi et tes compagnons étaient très actifs en ce moment au sujet de vos séances d’Apocalypse World. Pour moi, tous ces échanges et comptes-rendus sont également une belle forme de création (peut-être plus noble même car plus humble et reliée directement à des êtres/individus connus et particuliers ..) Outre le fond que je trouve très intéressant, j’aime bien la forme (notamment pas de fautes qui font mal aux yeux et qui peuvent troubler la compréhension).
            A mon avis, vous devez aussi prendre du plaisir à écrire tout cela.

            Bonne continuation de nouveau et bonnes créations !

          • Je crois surtout qu’on prend beaucoup de plaisir à jouer, et ces super comptes-rendus viennent de là. Le plaisir est un puissant moteur créatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *