Ipono, ou la rencontre entre une Plume et un Pinceau

Un article invité par Morgane Mitgen et Claire Munier.

Morgane Mitgen, écrivaine et « artiste chimiste plasticienne » à ses heures, ainsi que Claire Munier, artiste plasticienne de formation et art-thérapeute, vivent toutes deux à Metz et sont amies dans la vie. Elle se sont associées pour réaliser un premier conte,  Ipono et les sacs de douleur,  qui aujourd’hui est en cours de finition.

La naissance du projet :

Claire Munier : Je désirais illustrer un conte pour enfants depuis quelques années déjà. La partie rédaction n’étant pas, à mon sens, mon point fort, je voulais trouver quelqu’un en mesure de le faire. Entre temps, j’ai illustré quelques poèmes, couvertures de Nouvelles, chansons d’artistes… D’une façon ou d’une autre, l’écriture est présente dans mes productions, que ce soit en tant que trace ou en m’inspirant de récits écrits par moi-même ou par d’autres.
Le conte  Ipono et les sacs de douleurs  est né d’une découverte. Mon amie Morgane Miltgen, écrivait. Je m’en suis rendu compte le jour où elle a exposé un conte calligraphié lors d’une exposition commune ! Par chance, son univers collait au mien et j’ai saisi l’opportunité. Elle a accepté de créer un conte avec moi. Ce fut le début d’une belle aventure !

Morgane Miltgen : J’écris depuis quelques temps et je suis bien souvent ma seule lectrice. La calligraphie m’intéresse, surtout depuis que je pratique l’écriture automatique. Mes écrits étaient plus profonds, c’est pourquoi j’avais décidé d’en exposer quelques uns lors d’une exposition. Mon amie Claire m’a demandé de qui étaient les textes, et je ne pensais pas la surprendre autant… Quelques jours plus tard (le 9 avril 2012), elle me demande de participer à un projet, et là c’est moi qui fut surprise ! Si un jour on m’avais dit que j’allais écrire un conte avec une amie, je crois que j’aurais dit : Moi écrire un conte … Genre un truc cohérent et qui plaît … Laisse-moi rire ! Je l’avoue encore, j’ai ressenti trois sentiments à la lecture de ce SMS : la surprise, l’honneur et la peur !
Son petit personnage tout vert avec ses petites ailes m’apporte beaucoup d’inspiration, et sa petite bouille ne demandait qu’une chose : une belle histoire remplie d’amour.

img046

L’origine de l’histoire  Ipono et les sacs de douleur  :

C.M : Je ne souhaitais pas effectuer la rédaction du conte mais j’avais imaginé plusieurs éléments de l’histoire : le personnage principal (Ipono) et la problématique du conte. Morgane s’est présentée à un moment où j’avais un grand besoin de m’exprimer, mais où je manquais de confiance pour me lancer seule. Ipono me suivait déjà depuis plusieurs productions. Même si certains détails de son anatomie évoluaient, il apparaissait à chaque fois comme un gentil monstre volant et rond, empreint de mélancolie.
Ce conte est né d’une réflexion concernant la gestion des événements douloureux traversant nos vies et autour de l’expression bien connue « vider son sac ». Morgane a été captivée par l’idée et a très vite imaginé les aventures du personnage autour de cette problématique. Je l’ai laissée libre pour le travail de rédaction et je n’ai pas été déçue ! Elle a profondément saisi ce que je voulais exprimer. Elle m’a véritablement permis de donner vie à ce personnage et je l’en remercie énormément. J’ai découvert à travers le conte un puissant moyen d’expression !!!

M.M : Je connaissais déjà le petit monstre tout rond qui avait l’air d’accompagner Claire dans ses œuvres, comme un petit ange protecteur. Elle me le présenta « officiellement » quand elle me parla du projet. J’ai alors compris que ma meilleure amie avait besoin de ce petit être pour aller mieux. Et surtout elle avait besoin de lui créer une histoire pour ça ! J’étais très touchée de voir la confiance qu’elle m’accordait dès le début de l’aventure. Elle me « prêta » Ipono. Je suis montée sur son dos et nous sommes partis ensemble pour lui apporter un réconfort mérité ! Ce conte est devenu notre thérapie ! C’est moi qui ai trouvé le nom du personnage : Hypo (comme le manque de quelque chose ex : hypoglycémie) et le No (comme le refus de ce manque). L’histoire d’Ipono peut aider beaucoup de monde et quelque soit l’âge du lecteur, on peut tous accompagner ce petit monstre plein de gentillesse.

Le déroulement du projet :

C.M : Le projet du conte a débuté en mai 2012. Le maquettage du livre dans l’idéal, doit s’achever en mai 2013. Nous désirons le faire éditer. Cela serait une grande fierté et surtout l’aboutissement d’un an de travail en quelque chose de concret ! Nous avons déjà commencé à faire découvrir l’univers d’Ipono et les sacs de douleur via une page facebook du même nom.
Le résumé de l’histoire y est présenté et croquis et illustrations sont publiés régulièrement. Beaucoup de dessins ont été réalisés selon les commentaires des premiers fans ! En effet certains internautes se montrent déjà accros à notre petit personnage, il est vrai !
En attendant l’édition de notre conte et pour faire patienter ceux qui nous soutiennent, nous souhaitons développer une gamme de produits dérivés type cartes postales et planches en tirage limité… Déjà Ipono est un phénomène dans notre entourage !!!!

M.M : Comme l’a dit Claire, Ipono et les sacs de douleur découle d’un travail d’une année. De mon côté, le premier jet fut achevé en six mois, après il y eut plusieurs phases de correction, mais pendant ce temps, Claire avait déjà bien avancé sur les illustrations. Parfois nous avions peur de la surdose Iponique, alors on laissait Ipono dans nos pochettes et cahiers pour un petit temps, mais c’était pour donner de nouveau le meilleur de nous même pour la suite !
Ipono a de plus en plus de fans sur Facebook et le moindre de ses statuts est « Liké » et commenté par la plupart de ses fans. Claire entretient plus la page Facebook que moi en publiant de magnifiques croquis qui intriguent toujours plus les futurs lecteurs et autres curieux. Nous sommes très fières de notre travail et c’est devenu notre défi que de le publier, avec pourquoi pas quelques goodies pour nos plus grands fans !

 

planche-1

Et après ? :

C.M : Cette première expérience de conte est pour moi une révélation. J’ai envie d’aller plus loin et de poursuivre l’aventure. Le conte est un univers qui me correspond profondément et je n’ai pas idée de m’être exprimée de façon si forte et si aboutie via d’autres productions. Quand on trouve ce qui nous correspond, on ressent soudainement un regain de motivation ! Pour moi, tout commence seulement !
Avec Morgane, nous avons déjà envie de réaliser un autre conte, dont l’histoire, cette fois, est de son invention, et où je devrai mettre en vie ses personnages et son univers ! C’est encore une expérience passionnante en perspective !

M.M : Ça y est je peux le dire, j’ai écrit un conte et l’expérience fut belle et intense ! Heureusement que Claire était là ! Elle m’a secouée et m’a donné confiance en moi (et pour ça je ne la remercierai jamais assez !!), je ne compte pas m’arrêter là, j’ai des tonnes de choses qui me sont encore très personnelles et j’ai envie de m’aider à comprendre quelqu’un qui m’est cher via un futur écrit auquel ma bonne amie veut bien prêter son talent et ses crayons ! Et qui sait, il s’agit peut être du début d’une belle et longue collaboration ! (Je l’espère de tout cœur !)

Une réflexion au sujet de « Ipono, ou la rencontre entre une Plume et un Pinceau »

  1. Ping : Myxine, un conte pour guérir | Outsider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *