Inflorenza 2ème édition : la version bêta

Un jeu de rôle pour incarner des héros, des salauds et des martyrs dans l’enfer forestier de Millevaux

Qu’êtes-vous prêts à sacrifier pour accomplir votre destin ?

Un jeu de rôle d’horreur épique centré sur le personnage et sur l’histoire

Dans le futur. Longtemps après un cataclysme qui a jeté la civilisation à bas. Une forêt hantée recouvre les terres. Les hommes survivent dans un monde féodal, sombre, fantastique. Ils le disputent à la nature et à des monstres surnaturels, les Horlas. L’égrégore, trame psychique issue de toutes les hantises humaines, façonne les événements jusqu’au cauchemar. L’avenir de Millevaux est entre les mains de quelques individus. Ceux-ci sont gorgés d’égrégore. Un destin hors-norme les attend. Ce sont les héros, les salauds et les martyrs de l’enfer forestier.

crédits : lorenzoclick, nicholas hilliard, british library, angela7dreams, Bob Jagendorf,

Community Eye Health, animalrescueblog, oliver.dodd, kurafire, licence cc-by-nc, galeries sur flickr.com

Inflorenza est certainement le jeu de rôle le plus important de ma ludographie. Nommé jeu du mois de mai 2014 sur le Grog à sa sortie, c’est aussi le jeu que j’ai le plus pratiqué (plus d’une centaine de parties), tant est plus que j’y ai sans doute passé plus d’heures que sur chacun des jeux fétiches de ma jeunesse (Hero Quest, Warhammer Quest, L’Appel de Cthulhu).

Je suis plutôt du genre à être fier de mes jeux. Pas que je les considère comme les meilleurs jeux du monde, mais parce que j’écris les jeux auxquels j’ai envie de jouer. Et j’ai toujours envie de jouer à Inflorenza.
Depuis sa sortie en 2014, j’ai poursuivi les tests et les expériences. Variantes de règles (dont la plus aboutie a donné naissance à Inflorenza Minima), uchronies forestières, vertige logique… Inflorenza a continué à muter au fur et à mesure des parties et des enrichissements par la communauté. Mais malgré sa portée générique (ou dirais-je plutôt dramatique-générique), Inflorenza est resté le jeu des héros, des salauds et des martyrs dans l’enfer forestier de Millevaux, ou comme je le dis plutôt aujourd’hui, pour satisfaire des envies d’inclusion qui étaient moins pressantes au départ, un jeu d’héroïsme, de martyre et de décadence dans l’enfer forestier.

Martin Peterdamm Photography, Simon Whitaker, cc-by-nc & Raphaël Maître, par courtoisie

Voilà donc quatre ans que j’accumule des notes et l’envie de faire une seconde édition était bien présente. Le projet s’est débloqué quand Côme Martin m’a fait le grand honneur de me proposer de traduire Inflorenza en anglais. Je ne concevais pas de lui faire traduire la première édition, qui me paraissait obsolète. Il allait de soi que Côme allait traduire la seconde édition. Et il me fallait donc la rédiger.

Le travail est toujours en cours, mais nous avons coupé la poire en deux. Voici donc une première tranche, une version bêta, qui comprend :

+ une nouvelle version des règles de base [incluant : la possibilité de faire des conflits à trois camps et plus comme par exemple des impasses mexicaines, la possibilité de jouer un personnage profondément transformé après qu’il ait sacrifié toutes ses phrases, la possibilité de lancer plus de dés quand l’issue du conflit est à votre désavantage, au prix d’une dangereuse escalade] ;

+ une reproduction des conseils et éléments d’univers qui restent valables aujourd’hui ;

+ et une somme de théâtres, ceux présents dans la première édition, mais aussi de nouveaux théâtres de ma plume (L’Autoroute des Larmes, La Mémoire et la Peau) et surtout une bonne partie des nombreux théâtres que la communauté nous a offerts depuis la parution de la première édition, reproduits ici avec la chaleureuse autorisation de leurs auteurs et autrices. Vous y trouverez donc des théâtres déjà diffusés sous forme de pdf (Le crépusculaire Les Guerres Médiques par Julien Delorme, l’irrévérencieux London Girls par Eugénie…) ou dans des magazines (La Carlingue par Arjuna Khan) ou des théâtres encore inédits (L’halluciné Moins Quarante par Orlov, qui paraîtra aussi dans le recueil de scénarios dédiés aux 40 ans du jeu de rôle… ou encore le tragique Caligula et le vieux sac de toile par Arjuna Khan).

Buckobeck, exit78, maiaibing2000, rifqui dahlgren, road less trvled, licence cc_by-nc & raphael maitre, par courtoisie & Florida Memory, domaine public

Cette version bêta est très largement suffisante pour jouer ad nauseam (pour tout dire, vous pouvez d’ailleurs vous contenter des 35 pages A5 des règles de base). Ignorant quand la seconde édition finale sortirait (elle sera augmentée de règles avancées et de variantes, d’un exemple de partie refondu, et de conseils supplémentaires), j’ai voulu proposer un maximum de formats pour cette version bêta, aussi est-elle disponible de la même façon qu’une édition finale : en format traitement texte, en pdf, en pdf illustré, et en livre illustré !

Le public international ne sera pas en reste puisque grâce au travail de Côme Martin, cette bêta-version est aussi disponible en anglais sous les mêmes formats, plus un google documents pour les personnes qui voudraient faire des commentaires.

Je dois juste préciser que vous trouverez peut-être quelques coquilles dans les règles de base, attendu qu’elles n’ont pas fait subi l’attention d’une équipe de relecture, et je sais qu’il y a aussi une coquille sur une illustration (deux lettres inversées dans une tagline sur la version française).

J’espère que cette version bêta prolongera ou éveillera votre intérêt pour Inflorenza et la forêt de Millevaux. Suivez le guide, en croisant les doigts pour qu’il ne vous perde pas…

bbc world service, dsevilla, lil’stu, RubioBuitrago, smila4, thomas hawk : licence creative commons cc-by-nc, costica acsinte : domaine public

Formats

Règles de base (35 pages A5)

Livre en impression à la demande

Version illustrée, PDF

Version texte, format PDF

Version texte, format traitement de texte

Ressources

Aides de jeu : Mémo règles + Tableau des thèmes

2 réflexions au sujet de « Inflorenza 2ème édition : la version bêta »

  1. Quelle superbe nouvelle!
    J’envisageais de m’offrir tes jeux pour Noël et voilà que tu alourdis ma liste d’un nouveau livre de chevet doudou!!

    Merci !

    Je reprends mon activité rôliste en janvier et compte bien sortir inflorenza.

    • Merci pour ces bons mots ! Garde bien à l’esprit que c’est juste une version bêta mais oui avec 250 pages dont environ une centaine inédites, y’a déjà pas mal de matériel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *