En flux continu

Créer en continu.

Est-ce possible ? Est-ce souhaitable ?

Parmi les conditions nécessaires au bonheur, la psychologie positive recense les expériences optimales. Thierry Janssen en parle dans son livre Le défi positif. Ces expériences optimales sont des moments où l’on est immergé dans le flux, concentré sur un défi de compétences, un moment humain privilégié, un moment heureux ou un moment chargé de sens. Des moments où la notion du temps disparaît. Des activités autotéliques, dont la récompense est leur réalisation même.

En ce qui me concerne, la création fait partie de ces expériences optimales. Écrire, corriger mes écrits, écrire du jeu de rôle, jouer du jeu de rôle. J’en discutais avec un ami hier, je réalisais que je ne faisais plus guère de jeu de rôle que pour tester mon univers de jeu (Millevaux) ou des jeux que j’utilise (Sombre). Ces parties ont plus de sens parce que sont des test. Cela les rend vraiment passionnantes. J’ai plus de plaisir à corriger mes anciens romans qu’à lire ceux des autres, fussent-ils écrits par des grands maîtres. Je retrouve aussi des sensations équivalentes quand je relis pour test ou corrections les livres ou les jeux des autres.

Je ne vais quasiment plus au cinéma, je n’achète plus de DVD. Je n’achète plus de disque alors que j’en achetais 10 à 15 par mois par le passé. Je ne joue plus du tout aux jeux vidéos depuis deux ans. Jusqu’à une période récente, je consacrais au moins une heure par jour à consulter blogs, forums et réseaux sociaux. Aujourd’hui, j’essaye de me limiter à deux forums (Terres Etranges et Silentdrift, assez névralgiques pour mon activité en jeu de rôle), et pour les réseaux sociaux, Twitter et le Cercle des Rôlistes Francophones juste pour les news Outsider Daily. Plus Facebook, en réduisant au maximum. J’y ai encore 48 amis mais ils sont moins d’une dizaine dont j’affiche encore les publications. Mes excuses pour les autres.

J’aimerais réduire mes loisirs à des loisirs sociaux. Et si possible congruents avec mon activité de création. Une partie de Millevaux représente mon loisir favori.

Où je veux en venir ? Je préfère consacrer mon temps à consommer ma propre culture. C’est certainement égoïste et un peu étrange.

Une cinquantenaire anglaise se décide enfin à traverser la Manche a la nage, en mémoire de sa sœur qui est décédée. Elle se dit qu’il faut vivre sa vie a fond.
Plusieurs personnes dans ma famille ont d’importants problèmes de santé. Moi aussi je suis amené à me demander : s’il ne me restait que six mois a vivre, qu’est-ce que je ferais ? Je ne ferai pas autre chose que ce que je fais déjà : créer.

J’ai récemment consacré beaucoup de temps à des recherches. Recherches sur l’activité d’autoédition, développement personnel, méthodo du travail, bibliographie pour mes divers projets. Depuis le lancement d’Outsider Daily (sur Facebook, Twitter, Terres Etranges et le Cercle des Rôlistes Francophones), je passe aussi pas mal de temps sur la communication, twittant chaque jour, envoyant des PDF aux magazines de critique, proposant des articles invités pour divers blogs (je remercie au passage les blogs AJDR, Le Scriptorium Ludique et Limbic Systems pour m’avoir accordé une tribune).

Je vais arrêter toute recherche biblio et limiter le temps passé à communiquer. Ma pile de livres à lire diminue, je me demande même si je ne ferais pas une diète de lecture pendant quelques mois. Commencer cette diète dans un mois serait idéal. Dans ma gourmandise d’action, je passe ma demi-heure quotidienne de vélo d’appartement à lire, je lis encore partout où je peux, toute la journée. Ne serais-je pas plus efficace, plus conscient de moi-même, plus centré sur mes projets et sur la vie, si je stoppais cette frénésie de lecture ? Des milliers et des milliers de mots dorment déjà dans mon disque dur. Ai-je vraiment besoin de chercher davantage d’inspiration dans la lecture ? On en reparlera dans un an ou deux quand j’aurai sorti le gros de mon stock.

Eudémonisme et hédonisme : le plaisir d’accomplir et le plaisir de créer. Faire table rase de tout le reste, dégager toujours plus de temps pour mes proches et pour la création. Mon essentiel, en somme, pour être heureux.

2 réflexions au sujet de « En flux continu »

  1. Ping : Cultive le non-agir | Outsider

  2. Ping : La semaine maigre | Outsider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *