Créativité et qualité

L’un des obstacles majeurs à la créativité est l’exigence de qualité.

Soit nous nous figurons l’œuvre terminée, sous sa forme parfaite, et nous désespérons d’arriver un jour à ce résultat. Nous pensons que le temps, les connaissances et les ressources nécessaires nous feront à jamais défaut.

Soit nous pensons être incapables de livrer une œuvre d’une qualité acceptable. Nous n’avons aucune idée de ce à quoi ressemblera l’œuvre finie, ou alors cette idée-même nous déçoit.

Cela peut paraître normal de vouloir le meilleur pour nos œuvres, d’avoir une certaine exigence de qualité. Mais si cette exigence de qualité nous pousse à renoncer, en quoi est-elle fertile ? L’exigence de qualité est fertile si elle nous pousse à continuer notre œuvre, si elle nous donne envie de dégager du temps pour elle, d’apprendre de nouvelles techniques, d’acquérir de nouvelles ressources. L’exigence de qualité est fertile si elle nous aide à croître.

Si elle nous freine, autant l’abandonner. D’autant plus qu’en créativité, il n’y a pas de règles.

La qualité est une notion subjective qui ne s’appuie sur aucun standard universel. En cherchant à créer nos propres critères de qualité, nous allons nous imposer des règles qui visent à reproduire ce que nous apprécions dans d’autres œuvres. Ces critères de qualité peuvent constituer un terreau sur laquelle l’œuvre va croître, ou un carcan dans laquelle l’œuvre va s’étioler.

Établissons des critères trop rigides et nous produirons des œuvres calibrées qui nous seront étrangères. Nous nous empêchons alors d’expérimenter de nouvelles formes. Si Picasso ou Kandinski s’étaient appuyés sur les critères de qualité de la peinture de leur époque, il n’y aurait eu ni cubisme, ni art abstrait ! Si Desnos s’était arrêté à l’idée qu’un manuscrit doit être retravaillé une dizaine de fois avant d’être publié, il n’aurait jamais pratiqué l’écriture automatique. La terre n’aurait jamais été bleue comme une orange pour Paul Eluard.

Le contraire de la qualité, c’est tout sauf la médiocrité. Le contraire de la qualité, c’est la sincérité.

En créativité, l’exigence de qualité est facultative. Doit-on interdire à une petite fille de faire des dessins sous prétexte qu’elle ne maîtrise ni la perspective ni le sens des proportions ?

En créativité, l’exigence de sincérité est cruciale.

La créativité, c’est exprimer son point de vue qui est unique au monde parce que notre expérience de la vie est unique, quel que soit notre âge, nos connaissances, nos ressources ou le temps dont nous disposons pour nous exprimer.

Si l’exigence de qualité nous amène à laisser de côté notre point de vue, à cesser de nous exprimer, soit parce que nous renonçons à créer, soit parce que nous nous contentons de copier sans réinterpréter, alors l’exigence de qualité doit être mise de côté.

N’attendons jamais d’être doué pour nous exprimer.

 

2 réflexions au sujet de « Créativité et qualité »

  1. Je suis on ne peut plus d’accord, et j’ajouterais que l’exigence de qualité n’intervient que quand on veut toucher un public ayant des attentes précises en terme de qualité. C’est donc une notion orthogonale à la création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *