Podcast Outsider N°25 : Game Design Jeu de Rôle : Mon personnage et moi #2

2ème épisode d’une série de podcasts Game Design consacrés à la diversité des relations que nous pouvons entretenir avec notre personnage de jeu de rôle.

Avec Sélène Tonon. Un grand merci à elle pour sa participation !

Merci de poster tous les commentaires et les questions qui vous paraîtront utiles. Nous tâcherons d’y répondre en intro du prochain podcast !

crédits : practicalowl, cc-by-nc, galerie sur flickr.com

Avertissement

Triggers : violence communautaire, violences conjugales, viol

Nous avons essayé de traiter ces sujets avec autant d’empathie que possible lorsqu’ils se sont présentés, néanmoins si une approche vous aurait paru plus appropriée, sentez-vous libre de nous en faire part.

Formats

Lire/Télécharger le mp3

Voir sur youtube

Plan / Biblio

Sur le traitement empathique des personnes qu’on utilise comme modèles comme personnages :

Côme, Isabelle, Thomas Munier : Inflorenza RPG Actual Play / The Highway of Tears, sur Youtube

Morgane Reynier : [La Cause] Crashtest : Les Etats-Unis Noirs d’Amérique sur Les Ateliers Imaginaires

Fact checking : Oscar Pistorius ne s’est pas illustré aux jeux paralympiques, il a couru aux jeux olympiques avec les valides alors qu’il était amputé des deux jambes.

Adrien Barbier, « Oscar Pistorius : Blade Runner Killer », un film qui passe mal en Afrique du Sud dans Le Monde Afrique

Je paraphrase kF d’après d’une discussion : « Je vois la cohérence d’un personnage comme un acte de foi, le personnage est une performance, une suite d’énoncés. La cohérence et la synesthésie sont des outils utilisés par les forgiens pour croire au personnage. Moi, je ne fais pas ce genre d’effort, car je ne crois pas au personnage ni à sa continuité, je préfère alimenter le flou, jouer au service d’une symbolique ou me concentrer sur le décor et les figurants

Extrait écrit de kF : “Le fait que je sois un joueur esthétique transparaissait pourtant ; ne serait-ce que dans ma façon de mettre en scène mon personnage – j’ai dû passer plus de temps à décrire la lumière ambiante que ses attitudes.”

kF, Le jeu esthétique est soluble dans le jeu moral sur Ristretto Revenants

Quelques conseils de visionnage au départ, venus du monde du jdr textuel :
“Lancer son personnage, c’est comme lui faire passer le test de Turing”, noobiedu57

Ex Scripto, sur YouTube

Mary-Sue, sur Wikipedia

une approche au service de l’histoire et du jeu (commencer anonyme et ordinaire pour rencontrer l’aventure) :

Les persos de JDR, par l’Eolienne Littéraire, sur YouTube

Sim Kaali : donner des défauts à son personnage, lui donner un passé complexe car c’est la clé d’un jeu construit
#1 CREER ET JOUER UN PERSONNAGE RPG : La constitution, sur YouTube

A l’opposé, une approche plus sociale, toujours dans le monde du jdr textuel, choisir d’utiliser des avatars de stars du cinéma et des séries, créer des liens sulfureux pour créer de l’approbation communautaire
Avatars, par Florimon

Retrouver d’autres témoignages sur la playlist Passionnés de jeu de rôle écrit

Face à notre propre intimité

Le personnage comme alibi

Le personnage serait un prétexte pour faire ce qu’on ne ferait pas dans la vie

Lille Clairence, Love is All, sur Tumblr

(Love is All est un GN conçu par Yannis)

L’alibi, c’est utiliser son personnage comme excuse pour expérimenter des comportements, alors qu’en réalité l’alibi n’existerait pas

Se jouer soi-même (mode par défaut dans les killer, pokemon go…)

Elin Dalstål, How to keep girls in your gaming group, sur Gaming As Women

Eugénie, Changer de paradigme : c’est celui qui choisit qui subit, conférence à Orc’Idée

Blessures et souffrance, pour le podcast Les Aventureux