A quoi ressemble votre folklore personnel ?

La notion de folklore personnel peut sembler impossible, dans le sens où les folklore appartiennent à des peuples, pas à des personnes.

Pourtant, quel nom donner à ce qui émerge dans le travail créatif d’une seule personne ? A parcourir une œuvre, on peut distinguer une succession d’obsessions, de motifs, de langages.

Tels photomontages se fabriquent à partir d’une unique collection d’images dénichées sur internet. Tels dioramas d’art modeste accumulent des objets de tous les jours chinés ça et là, soldats en plastique, boîtes de cacao, santons naïfs. Tel cinéaste traitant à l’infini les mêmes thèmes. Les toiles de Cézanne, peignant la Montagne Saint-Victoire sous tous les angles et toutes les saisons.

Le schéma n’est pas toujours évident. Ainsi, un écrivain voyageant de genre en genre, de la science-fiction au roman d’amour, en transportant toujours les mêmes breloques dans ses bagages. Parfois, c’est juste une texture, une couleur, une police d’écriture en commun. Dès fois, ce sont certains personnages qui reviennent, au hasard d’un décor.

Il ne faut pas rechercher un élément unique qui serait dupliqué à l’envi et sous toutes les formes. C’est un monde entier, avec tout ce que cela implique d’écologie, de diversité et de contradiction. Avec ses zones conquises et ses terras incognitas. Il n’est pas contenu dans l’œuvre. Il est la totalité de l’œuvre achevée, il est aussi l’œuvre qui n’est pas encore née, il est aussi toute l’œuvre qui ne sera jamais produite. C’est votre monde personnel. Quand on réalise l’existence de ce monde, tout s’éclaire.

C’est en fait bien assez vaste pour mériter le titre de folklore. Quand on recherche quelle peut bien être l’unité à l’intérieur d’un folklore personnel, on retrouve le même ciment que pour le folklore d’un peuple : votre identité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *